Skip to main content

Questions & Réponses: Doit-il y avoir une hiérarchie dans l'univers? Dieu n'est-il pas libre de créer l'univers comme il veut?

La question que j'ai reçu:

Mais l'idée que l'univers DOIT comporter une hiérarchie me laisse perplexe, Dieu n'est-il pas libre de créer l'univers qu'il veut ?


Ma Réponse:

C’est bien. J’apprécie vos questions parce que ça me permet de me replonger, à nouveau, dans les œuvres de Thomas d’Aquin, que j’apprécie tellement. Quand on dit que l’univers doit comporter une hiérarchie, ce n’est pas enlever une liberté à Dieu. Thomas d’Aquin est, plus souvent que non, plus intéressé à expliquer ce qui existe et pourquoi c’est le cas, que d’imposer des « standards » sur Dieu. Maintenant, la réalité est qu’on observe une hiérarchie dans l’univers (comme celui que je souligne dans ma blogue sur la hiérarchie du monde, cliquer ici.). La hiérarchie est déjà là. La question est, justement, pourquoi est-ce que Dieu à créer cette hiérarchie. Pourquoi autant de diversité? C’est un des points auxquelles je réponds dans mon blogue sur le sujet. Il y a autant de diversité parce qu’il y n’a pas une seule créature qui peut, tout de seul, représenter la gloire divine. Pour révéler, la plus possible, ce qu’il est, Dieu à créer une énorme diversité de choses. Mais, pour avoir diversité de choses, les choses doivent être différent. 

Quoi que la matière est principe d’individuation (qu’il y a des individus dans la même espèce), c’est le forme qui est principe de la différence entre les espèces (autrement dit, chaque espèce est différent à cause de sa forme). Donc, pour créer une diversité de choses (qui était nécessaire pour représenter, la plus possible, la gloire divine), il fallait créée des choses qui diffère en forme. Mais, aussitôt que tu as deux choses qui diffèrent en forme, il y a un qui est supérieur à l’autre dans les capacités qui sont relier à sa forme (par exemple, la forme d’un arbre comparer à la forme d’un chien). De là la nécessité de la hiérarchie. Sans la hiérarchie tous les choses créées seraient exactement pareil! Mais, nous voyons, c’est la réalité, qu’il y a une hiérarchie dans les choses crée. Donc, on ne cherche pas à prouver qu’il y a une hiérarchie, mais à expliquer pourquoi il y a un hiérarchie—la raison étant que Dieu, voulant révéler la plus que possible sa gloire, a dû créée une diversité d’êtres qui révèlent, chacun dans sa propre manière, la gloire divine. Ce n’est pas un nécessité qui est extérieur à Dieu, mais un nécessité qui se base sur sa nature propre—donc, un nécessité intrinsèque.


Je vous cite (cette fois dans un traduction francophone) Thomas d’Aquin sur ce point : « Aussi faut-il dire que la distinction entre les choses ainsi que leur multiplicité proviennent de l’intention du premier agent, qui est Dieu. En effet, Dieu produit les choses dans l’être pour communiquer sa bonté aux créatures, bonté qu’elles doivent représenter. Et parce qu’une seule créature ne saurait suffire à la représenter comme il convient, il a produit des créatures multiples et diverses, afin que ce qui manque à l’une pour représenter la bonté divine soit suppléé par une autre. Ainsi la bonté qui est en Dieu sous le mode de la simplicité et de l’uniformité est-elle sous le mode de la multiplicité et de la division dans les créatures. Par conséquent l’univers entier participe de la bonté divine et la représente plus parfaitement que toute créature quelle qu’elle soit. Et c’est parce que la distinction entre les créatures a pour cause la sagesse divine, que Moïse l’attribue au Verbe de Dieu, dessein de sa sagesse. Aussi lit-on au livre de la Genèse (1, 3) : “ Dieu dit : Que la lumière soit. Et il sépara la lumière des ténèbres. ” (ST I, I, q. 47., a. 2, respondeo)»

Popular posts from this blog

How Kant’s Synthesis of Empiricism and Rationalism resulted in Agnosticism

Immanuel Kant, presented with the extreme empiricism of Hume and the extreme rationalism of Liebniz, which he discovered through the writings Wolff, sought to take a middle road between these two extreme philosophical positions. I would submit that Kant’s synthesis of these two views leads to an agnosticism about what Kant called “the thing-in-itself”, and ultimately to the philosophical positions known as Atheism, determinism, and nihilism.


Kant’s Sources
First of all, Kant was influenced by Hume’s empiricism and Newton’s physics. He saw that the physical sciences, in contrast to rationalistic metaphysics, were actually making advances. They were making discoveries, and building a system of knowledge that accurately described the world of our sense perceptions. Rationalistic metaphysics, on the other hand, was floundering amidst the combating systems that the philosophers were erecting. It did not provide new knowledge, and only led to unacceptable conclusions, such as the Absolute Mon…

A Short outline of Charles Taylor's: The Malaise of Modernity

CHARLES TAYLOR’S THE MALAISE OF MODERNITY[1]
            This is simply an outline of Taylor’s basic argument in this short work written by Charles Taylor. The idea of this outline is to help the reader understand the book by providing a simple outline of the basic argument that Taylor is presenting here. The book, which is essentially the manuscript is the fruit of a series of presentations that Taylor made at the Massey Conferences which are hosted by Massey College and Radio-Canada, is divided into 10 chapters. In the first chapter Taylor essentially proposes three causes (recognizing that there may be more) of the Malaise of Modernity: (1) Individualism or the Loss of Sense, (2) The Primacy of Instrumental Reason or the Loss of Ends, and (3) The effect on society and politics in general of the loss of sense to an inauthentic individualism and the domination of instrumental reason, or, the loss of true freedom. Taylor considers the first Malaise in chapters 2 to 8, the second in c…

LEISURE: THE BASIS OF CULTURE – A BOOK REVIEW

Leisure: The Basis of Culture & the Philosophical Act. Josef Pieper. Translated by Alexander Dru. 1963. Reprint, Ignatius Press, 2009. 143 pp. $12.99. ISBN 978-1-58617-256-5.
            This book is composed of two articles written by the German philosopher Josef Pieper. Though the two articles are intimately connected, they form two distinct works; as such, this book review will begin by giving a brief introduction to the works in question, followed by and exposition of each of the works individually. The two articles that are included in this book, Leisure: the Basis of Culture and The Philosophical Act, were both published in 1947, and, as such, were written during the cultural crisis in Germany that followed the Second World War. Not only did Pieper have the cultural crisis in mind when he wrote these articles, but he was also writing in light of the works of the most well-known German philosopher of the time – Martin Heidegger. As such, any reader who is familiar with Heidegg…