Skip to main content

D'autres réflexions sur "l'appel à la ministère"

         D'autres réflexions au sujet de l'instauration des anciens peuvent être trouver ici, et ici. D'autres observations et réflexions sur l'appel et choix divine peuvent être trouver ici, ici, et ici. English version here.

         Ce n’est pas, selon le Nouveau Testament, la coutume de Dieu d’appeler, de façon individuelle et particulière, des croyants à son service. Les Apôtres ont étaient choisi, individuellement et exceptionnellement, par Jésus pour un tâche très important. Selon Éphésiens 2 :20 et 4 :11 les Apôtres occupent un rôle unique dans l’église qui ne serait plus occupé par personne. Il y avait plus que 500 témoins oculaire de la résurrection de Jésus (1 Cor. 15 :3-8), mais seulement 12 étaient nommé apôtre et envoyer avec une mission particulier. Jésus, dans sa prière sacerdotale en Jean 17, prie exprès pour les apôtres, qui ont la mission, particulier et donner par Jésus lui-même, d’aller dans le monde avec la parole de Dieu (17 :14-18). Jésus fait distinction entre les douze apôtres (qui lui était donné par Dieu le Père (17 :6), choisi et formé pour cette tâche (17 :6-8, 14)) et tous les autres croyants qui allait croire en Jésus à cause de la parole des apôtres (17 :20) et qui ont une seul tâche – de garder l’unité entre eux (17 :21-23). Dieu ne choisit pas, de la même manière qu’il a choisi les apôtres, les autres croyants. Le Nouveau Testament n’enseigne pas que Dieu choisi des croyants pour accomplir certains ministères précis (comme nous avons déjà vue, l’appel et le choix de Dieu n’ont aucun rapport avec ce qu’il veut qu’on fait comme ministère ou mission, mais, avec la sanctification personnelle.). Au contraire, le Nouveau Testament enseigne que les apôtres choisissaient (cf. Actes 15 :36-40, 16 :1-3), et faisaient consacré (cf. Actes 16 :1-3, 1 Tim. 4 :14), leur propres disciples; et c’est par l’autorité apostolique que les Anciens étaient mis en place dans chaque église (cf. Actes 14 :21-23, Tit. 1 :5); et ceci basé sur trois choses : (1) que l’homme choisi désire être ancien (1 Tim. 3 :1, 1 Pie. 5 :2a), (2) que ses raison pour vouloir être ancien soit honorable (« ni pour un gain sordide, mais de bon cœur » 1 Pie. 5 :2b), et (3) qu’il soit qualifié (cf. 1 Tim. 3 :1-7, Tit. 1 :5-9). Ceci démontre qu’on peut dire d’un homme qui est consacré, en accorde avec ces trois principes, à un ministère (c'est-à-dire, qu’on nomme pasteur, missionnaire, diacre, etc.), qu’il était, à la fois, instauré selon l’autorité apostolique, et instauré par l’Esprit Saint (compare Actes 20 :28 et le pratique de Paul qu’on voit en Actes 14 :23 et Tite 1 :5). Autrement dit, l’Esprit Saint à donner les trois principes pour la consécration d’un homme au ministère, donc, quand on suit ses principes, l’homme qui est consacré est instauré par l’Esprit-Saint. Et c’est seulement dans cette manière qu’on peut, selon le Nouveau Testament, dire que quelqu’un était choisi ou appelé à un ministère. Les diacres était choisi par l’autorité des apôtres basé sur des qualifications (cf. 1 Tim. 3 :8-13). À part de la mise à part des apôtres, et les compagnons des apôtres (Cf. Actes 13 :1-3) nous ne voyons aucun autre personne qu’on nous dit était choisi par Dieu (ou Jésus), appelé par Dieu (ou Jésus), ou envoyer par Dieu (ou Jésus), pour une mission ou ministère particulière. Ce que nous voyons dans le Nouveau Testament, concernant tous les autres croyants, est que Dieu les a donné des dons à utiliser (voit nos commentaires sur Rom. 12 :4-8), qui devait être confirmé, et consacré, par les anciens (1 Tim. 4 :14), et que Dieu s’attends à ce qu’ils utilisent ces dons pour le bien de l’église (commençant dans l’église locale et s’étendant vers l’église universelle).

Popular posts from this blog

How Kant’s Synthesis of Empiricism and Rationalism resulted in Agnosticism

Immanuel Kant, presented with the extreme empiricism of Hume and the extreme rationalism of Liebniz, which he discovered through the writings Wolff, sought to take a middle road between these two extreme philosophical positions. I would submit that Kant’s synthesis of these two views leads to an agnosticism about what Kant called “the thing-in-itself”, and ultimately to the philosophical positions known as Atheism, determinism, and nihilism.


Kant’s Sources
First of all, Kant was influenced by Hume’s empiricism and Newton’s physics. He saw that the physical sciences, in contrast to rationalistic metaphysics, were actually making advances. They were making discoveries, and building a system of knowledge that accurately described the world of our sense perceptions. Rationalistic metaphysics, on the other hand, was floundering amidst the combating systems that the philosophers were erecting. It did not provide new knowledge, and only led to unacceptable conclusions, such as the Absolute Mon…

LEISURE: THE BASIS OF CULTURE – A BOOK REVIEW

Leisure: The Basis of Culture & the Philosophical Act. Josef Pieper. Translated by Alexander Dru. 1963. Reprint, Ignatius Press, 2009. 143 pp. $12.99. ISBN 978-1-58617-256-5.
            This book is composed of two articles written by the German philosopher Josef Pieper. Though the two articles are intimately connected, they form two distinct works; as such, this book review will begin by giving a brief introduction to the works in question, followed by and exposition of each of the works individually. The two articles that are included in this book, Leisure: the Basis of Culture and The Philosophical Act, were both published in 1947, and, as such, were written during the cultural crisis in Germany that followed the Second World War. Not only did Pieper have the cultural crisis in mind when he wrote these articles, but he was also writing in light of the works of the most well-known German philosopher of the time – Martin Heidegger. As such, any reader who is familiar with Heidegg…

IDENTITY AND DIFFERENCE by Martin Heidegger

I don’t propose to attempt any sort of reply to Martin Heidegger in this article. The purpose of this article is to explain Martin Heidegger’s thoughts, as they are found in the book, Identity and Difference. Martin Heidegger is a difficult thinker to understand, and requires a lot of work to fully appreciate his arguments. My primary goal in this article is to introduce the reader to two very important articles written by Heidegger, and, I hope, to properly explain Heidegger’s views on Being and beings.
            This book is composed of two articles written by Martin Heidegger and translated with an introduction by Joan Stambaugh. The first article, The Principle of Identity, is “the unchanged text of a lecture given on the occasion of the 500th anniversary of the University of Freiburg im Breisgau, for the faculty day on June 27, 1957.”[1] The second article The Onto-theo-logical Constitution of Metaphysics, is “the explication that concluded a seminar during the wint…