Skip to main content

La Souveraineté Divine et le libre arbitre de l'homme: Introduction à des concepts préliminaires - Partie 2

Dans le publication de blogue précédent nous avons regarder des notions important à l'étude de la préscience et prédétermination divine. L’avant-connaissance et la prédestination sont tous les deux attachées à une notion du temps. Ces mots amènent l’image d’une personne qui regarde vers l’avenir, qui prévoit certains évènements et qui fait des plans en conséquence. Si Dieu n’est pas mesuré par le temps, ni restreint par le temps, alors il ne regarde pas vers l’avenir. Si Dieu est tout-puissant, alors ses plans ne peuvent pas être empêchés. Si Dieu ne dépend de rien, alors sa connaissance ne dépend pas, comme celle de l’être humain, de ce qui se présente devant lui. Au contraire, si tout ce qui existe dépend de Dieu, alors si Dieu sait que x est, alors x est. Donc, la connaissance divine ne regarde pas ce qui vient pour planifier en conséquence. La connaissance divine ne dépend pas des choses et des évènements, au contraire les choses et les évènements dépendent de la connaissance divine. Donc, « l’avant-connaissance », la « prédestination », et la « souveraineté divine »  sont intimement liées. Nous avons déjà vu plusieurs manières de comprendre la connaissance et les difficultés liées à l’avant-connaissance.

Étant donné que le problème de l’avant-connaissance (la connaissance de ce qui est à venir pour les êtres humains), la prédestination (que Dieu aurait déterminé à l’avance certaines actions) et la souveraineté divine (le contrôle divin de tout ce qui est, dès début jusqu’à la fin), dans leur rapport avec la liberté humaine sont tous reliées, nous allons regarder ces questions ensemble.

Il y a eu 4 solutions principale à cette difficulté dans l’histoire de l’Église. Dans ce qui suit nous allons donner un court exposé de chaque position, suivie d’une analyse critique de chaque position. Nous allons proposer la quatrième position comme étant celle qui est le plus biblique et cohérente.

Avant de commencer notre examen des quatre positions principales, il faut s’arrêter sur quelques points importants. Certaines personnes qui représentent les positions connues comme le théisme ouvert et le calvinisme affirment que leur position est la seule qui dépend de la Bible pour leur position, accusant tous les autres de lire la Bible à travers les lunettes de la philosophie. S’ils ont raison, alors toutes les autres positions se retrouvent dans la position inconfortable d'être non-biblique. Avant de commencer, nous devrions regarder rapidement ce que la Bible dit.

Tout d'abord, la Bible enseigne clairement que Dieu est souverain (Actes 4:24; 1 Tm 6:15; Rev. 6:10) qui est normalement compris comme l'affirmation que Dieu contrôle l'univers. Bien que l’enseignement orthodoxe de l'Église chrétienne, à travers les siècles, a été que le contrôle de Dieu s'étend des plus grands aux plus petites détails de ce qui se passe dans l'univers, ceux qui font partie du mouvement théisme ouvert ont récemment cherché à démontrer qu'il n'y a pas de soutien biblique pour la position traditionnelle concernant la souveraineté. Au contraire, ils disent que la Bible soutient explicitement la position théiste ouverte. En réalité, bien que la Bible nous dise que Dieu est en contrôle de l’univers, elle ne nous dit pas dans quelle mesure il est en contrôle.

La Bible nous dit aussi, comme nous avons déjà vu, que Dieu a la prescience, l’avant-connaissance (Actes 2:23, Rom. 8:29, 11:2, 1 Pie. 1:2), mais il ne nous explique pas qu’est-ce que la prescience divine. Elle ne nous dit pas non plus ce que la prescience de Dieu implique lorsqu'on la considère à la lumière des futurs contingents, et en fait, à la lumière du temps lui-même.

La Bible sous-entend que l'homme a une certaine liberté, sa propre volonté (Rom. 7:3, 1 Cor. 7:39, 1 Pie. 2:16), et que les hommes seront tenus responsables de leurs actions (Mt 12:37, Mc. 16:16). Cependant, la Bible ne nous dit pas ce que cela signifie de dire que l'homme a le libre arbitre, ni comment le libre arbitre de l'homme correspond à la réalité du contrôle souverain de Dieu et la prescience de Dieu.


À la lumière de ce que nous venons de voir, il devrait être évident que toutes les réponses à ces questions doivent nécessairement interpréter la Bible à la lumière des présuppositions philosophiques. C'est-à-dire, le théologien apporte à la Bible son point de vue de ce que cela signifie d'avoir le libre arbitre; ce que cela signifie que Dieu soit souverain; comment Dieu est lié à sa création (ainsi que le temps); qu’est-ce qu’un être humain et comment la prescience doit être comprise à la lumière de cette révélation. Nous allons donc examiner les explications des liens entre le libre arbitre de l’homme et la souveraineté de Dieu qui sont posées par les quatre vues principales (calvinisme, théisme ouvert, molinisme, et thomisme) permettant à leurs principaux partisans de parler pour eux-mêmes.

Popular posts from this blog

How Kant’s Synthesis of Empiricism and Rationalism resulted in Agnosticism

Immanuel Kant, presented with the extreme empiricism of Hume and the extreme rationalism of Liebniz, which he discovered through the writings Wolff, sought to take a middle road between these two extreme philosophical positions. I would submit that Kant’s synthesis of these two views leads to an agnosticism about what Kant called “the thing-in-itself”, and ultimately to the philosophical positions known as Atheism, determinism, and nihilism.


Kant’s Sources
First of all, Kant was influenced by Hume’s empiricism and Newton’s physics. He saw that the physical sciences, in contrast to rationalistic metaphysics, were actually making advances. They were making discoveries, and building a system of knowledge that accurately described the world of our sense perceptions. Rationalistic metaphysics, on the other hand, was floundering amidst the combating systems that the philosophers were erecting. It did not provide new knowledge, and only led to unacceptable conclusions, such as the Absolute Mon…

A Short outline of Charles Taylor's: The Malaise of Modernity

CHARLES TAYLOR’S THE MALAISE OF MODERNITY[1]
            This is simply an outline of Taylor’s basic argument in this short work written by Charles Taylor. The idea of this outline is to help the reader understand the book by providing a simple outline of the basic argument that Taylor is presenting here. The book, which is essentially the manuscript is the fruit of a series of presentations that Taylor made at the Massey Conferences which are hosted by Massey College and Radio-Canada, is divided into 10 chapters. In the first chapter Taylor essentially proposes three causes (recognizing that there may be more) of the Malaise of Modernity: (1) Individualism or the Loss of Sense, (2) The Primacy of Instrumental Reason or the Loss of Ends, and (3) The effect on society and politics in general of the loss of sense to an inauthentic individualism and the domination of instrumental reason, or, the loss of true freedom. Taylor considers the first Malaise in chapters 2 to 8, the second in c…

LEISURE: THE BASIS OF CULTURE – A BOOK REVIEW

Leisure: The Basis of Culture & the Philosophical Act. Josef Pieper. Translated by Alexander Dru. 1963. Reprint, Ignatius Press, 2009. 143 pp. $12.99. ISBN 978-1-58617-256-5.
            This book is composed of two articles written by the German philosopher Josef Pieper. Though the two articles are intimately connected, they form two distinct works; as such, this book review will begin by giving a brief introduction to the works in question, followed by and exposition of each of the works individually. The two articles that are included in this book, Leisure: the Basis of Culture and The Philosophical Act, were both published in 1947, and, as such, were written during the cultural crisis in Germany that followed the Second World War. Not only did Pieper have the cultural crisis in mind when he wrote these articles, but he was also writing in light of the works of the most well-known German philosopher of the time – Martin Heidegger. As such, any reader who is familiar with Heidegg…