Skip to main content

L’œuvre de Jésus sur la croix: Nécessaire ou Suffisante pour la Justification du Croyant?

Je vais dire quelque chose qui va, à première regarde, être choquant. Mais, ce que je vous demande, c'est que vous continuer à lire, et que vous portez attention à ce que je dit (pour éviter des arguments inutile).


"Paul ne nous permettre pas de pensée que c’est totalement l’œuvre de Jésus sur la croix qui, tout seule et sans aucun autre condition, justifié le monde." (Voit Romains 5:2.)



Permettez que j'explique ce que cette phrase veux dire.

Ce n’est pas de nié l’importance de l’œuvre de Jésus pour le salut du croyant. Au contraire, c’est de dire qu’il y a plus d’éléments nécessaire pour la justification d’un personne. (Ne soit pas choqué, continue à lire attentivement.)


 En logique on fait une distinction entre les conditions suffisant et les conditions nécessaire pour y

Une condition suffisant garantis, tout seule et sans une autre condition, que la conclusion (ou effet) va arriver.

Une condition nécessaire doit être présent pour que la conclusion (ou effet) arrive, mais ce n’est pas la seule condition qui doit être nécessaire pour que la conclusion (ou effet) arrive. 

Donc, si x est une condition nécessaire pour y, alors il y a d’autres conditions qui sont aussi nécessaire pour y. Si x est une condition suffisant pour y, alors il n’y a aucun autre condition qui est nécessaire pour y. Cette relation est présente dans une condition propositionnelle. Une condition propositionnelle (xy) propose que étant donné une condition (l’antécédent), une autre condition va se produire ou arriver (le conséquent). Dans une proposition conditionnelle l’antécédent est nécessaire pour le conséquent, mais pas suffisant. C’est tout à fait possible qu’une autre condition soit, aussi, la cause du conséquent (ay). Dans une proposition conditionnelle le conséquent est suffisant pour l’antécédent. C'est-à-dire, si la proposition conditionnelle est vrai, et si y se produit, alors on sait que x s’est aussi, déjà, produit. 

Donc, quand on dit que ce n’est pas l’œuvre de Jésus sur la croix qui, tout seule et sans aucun autre condition, justifié le monde, on est en train de dire que l’œuvre de Jésus sur la croix est une condition nécessaire, mais pas suffisante, pour la justification du monde. 

C’est justement ce que la Bible enseigne lorsqu'elle nous informe que la foi du croyant est aussi nécessaire pour la justification du monde (en fait, personne ne peut être justifié par Dieu que par la foi), et la grâce de Dieu (par lequel il a envoyé son fils comme sacrifice propitiatoire pour les péchés du monde) est aussi nécessaire pour la justification du monde. 

De l’autre côté, la justification d’un personne est un condition suffisante pour savoir que : 1) cette personne est un croyant qui a mis leur foi dans l’œuvre de Jésus et la promesse de Dieu que celui qui croit va être justifié, 2) que Jésus s’est sacrifié sur le croix comme un sacrifice parfait, et 3) Dieu a envoyer Jésus mourir sur le croix pour nos péchés, et promis que celui qui croit que Jésus est Dieu, et qu’il est ressuscité de la mort pour notre justification, va être sauvé. 

Selon Paul, si une personne est justifiée par la foi en Jésus (J), ce fait est suffisant pour savoir que chacun des 3 points (F = la foi, du croyant, dans l’œuvre de Jésus et la promesse de Dieu, O = l’œuvre de Jésus sur la croix, G = la grâce de Dieu par lequel il pouvoir pour un autre moyen, que l’accomplissement parfait de la loi, pour qu’on puisse être déclaré juste devant lui.) qu’on vient de mentionner sont arrivé ([F&O&G] →J), et chacun de ces points sont nécessaire pour la justification d’une personne.

Popular posts from this blog

How Kant’s Synthesis of Empiricism and Rationalism resulted in Agnosticism

Immanuel Kant, presented with the extreme empiricism of Hume and the extreme rationalism of Liebniz, which he discovered through the writings Wolff, sought to take a middle road between these two extreme philosophical positions. I would submit that Kant’s synthesis of these two views leads to an agnosticism about what Kant called “the thing-in-itself”, and ultimately to the philosophical positions known as Atheism, determinism, and nihilism.


Kant’s Sources
First of all, Kant was influenced by Hume’s empiricism and Newton’s physics. He saw that the physical sciences, in contrast to rationalistic metaphysics, were actually making advances. They were making discoveries, and building a system of knowledge that accurately described the world of our sense perceptions. Rationalistic metaphysics, on the other hand, was floundering amidst the combating systems that the philosophers were erecting. It did not provide new knowledge, and only led to unacceptable conclusions, such as the Absolute Mon…

A Short outline of Charles Taylor's: The Malaise of Modernity

CHARLES TAYLOR’S THE MALAISE OF MODERNITY[1]
            This is simply an outline of Taylor’s basic argument in this short work written by Charles Taylor. The idea of this outline is to help the reader understand the book by providing a simple outline of the basic argument that Taylor is presenting here. The book, which is essentially the manuscript is the fruit of a series of presentations that Taylor made at the Massey Conferences which are hosted by Massey College and Radio-Canada, is divided into 10 chapters. In the first chapter Taylor essentially proposes three causes (recognizing that there may be more) of the Malaise of Modernity: (1) Individualism or the Loss of Sense, (2) The Primacy of Instrumental Reason or the Loss of Ends, and (3) The effect on society and politics in general of the loss of sense to an inauthentic individualism and the domination of instrumental reason, or, the loss of true freedom. Taylor considers the first Malaise in chapters 2 to 8, the second in c…

LEISURE: THE BASIS OF CULTURE – A BOOK REVIEW

Leisure: The Basis of Culture & the Philosophical Act. Josef Pieper. Translated by Alexander Dru. 1963. Reprint, Ignatius Press, 2009. 143 pp. $12.99. ISBN 978-1-58617-256-5.
            This book is composed of two articles written by the German philosopher Josef Pieper. Though the two articles are intimately connected, they form two distinct works; as such, this book review will begin by giving a brief introduction to the works in question, followed by and exposition of each of the works individually. The two articles that are included in this book, Leisure: the Basis of Culture and The Philosophical Act, were both published in 1947, and, as such, were written during the cultural crisis in Germany that followed the Second World War. Not only did Pieper have the cultural crisis in mind when he wrote these articles, but he was also writing in light of the works of the most well-known German philosopher of the time – Martin Heidegger. As such, any reader who is familiar with Heidegg…