Skip to main content

Quelques réflexions sur l'évangile de Jean 5:36-40

En Jean chapitre 5 Jésus rentre en discussion avec des pharisiens qui venait de l'accusé de blasphème. Jésus, selon les pharisiens, Jésus "disait que Dieu était son propre Père, se faisant ainsi lui-même égal à Dieu. (Jn. 5:18)" C’est important de noter ce que Jésus dit quand il réprimande les pharisiens, et pourquoi il reprimande les pharisiens. Il ne les réprimands pas pour avoir mal compris ce qu'il disait. Au contraire, il dit, « Et le Père qui m’a envoyé a lui-même rendu témoignage de moi. Vous n’avez jamais entendu sa voix, ni vu sa face, et sa parole ne demeure pas en vous, puisque vous ne croyez pas à celui qu’il a envoyé. Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont elles qui rendent témoignage de moi. Et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie! »[1] 

Ces trois versets nous prépare pour les 7 déclarations « Je suis », et font appelle à la première chapitre de l’évangile de Jean. Jean nous avait informés en Jean 1 qu’« Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Tout a été fait par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle. En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes. »[2] La Parole est Jésus, qui était « la véritable lumière qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme. Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l’a pas connue. »[3] « La Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, plein de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père. »[4] « Personne n’a jamais vu Dieu; Dieu (le Fils) unique qui est dans le sein du Père, lui, l’a fait connaître. »[5] 

Personne n’a jamais vu Dieu le Père, même les Pharisiens, mais Jésus est venu pour montrer le Père. Les pharisiens n’avaient jamais entendu la voix de Dieu, ni vu sa face, comme tout autres humaine; mais, de plus, malgré que Jésus, Dieu incarné, marché entres eux, ils n’entendaient pas plus, ni voyaient pas plus, Dieu. Au lieu de comprendre que les signes que Jésus faisait étaient la preuve de son identité, ils ne voulaient pas croire. Les signes (σημείων), les œuvres que Dieu le Père a donné à Jésus, rendre témoignage de Jésus. Dieu le Père rendre témoignage de Jésus. L’Ancien Testament, connu mot pour mot par les pharisiens, rendre témoignage de Jésus. Les pharisiens passaient leurs vies à étudier les saintes écritures parce qu’ils savaient qu’ils venaient de Dieu. Jésus, qui est l’objet des saintes écritures, celui que toutes les véritables et fidèles Juives recherchaient, affirme que malgré le fait que les pharisiens connaissaient mot pour mot les saintes écritures, étant donné qu’ils ne croyaient pas à celui qui était envoyer par Dieu, alors la parole de Dieu ne demeuraient pas en eux. Nous avons ici un jeu de mot incroyable, Jésus qui est la parole de Dieu ne demeure pas en ceux qui ne croit pas en lui. Malgré le fait que les pharisiens sondaient les écritures (la parole de Dieu), ils n’avaient pas connu le Père qui était révélé par sa Parole (Jésus-Christ). Ils recherchaient la vie éternelle dans la Parole de Dieu (les saintes écritures), mais quand la parole de Dieu (Jésus-Christ) s’est présentée devant eux, vivant et démontrant qui il était par des signes, ils ne l’ont pas reconnue, et parce qu’ils n’ont pas crurent en Jésus (la Parole de Dieu) ils perdaient accès à la véritable vie et la source de vie. Nous commençons notre étude des déclarations « Je suis » avec un avertissement. Jésus, la parole de Dieu, et venu accomplir la Parole de Dieu (les saintes écritures). 

Ceux, et seulement ceux, qui croient en lui vont recevoir la vie éternelle, ils vont voir le Père qui est seulement révélé par la Parole de Dieu (Jésus-Christ). La seule moyenne de retrouver la vie et de connaître Dieu dans sa gloire est de connaître son Fils qui est venu pour manifester le nom de Dieu aux hommes. « Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. »[6] « Personne n’a jamais vu Dieu; Dieu (le Fils) unique qui est dans le sein du Père, lui, l’a fait connaître. »[7]




[1]Jn. 5 :37-39.

[2]Jn. 1 :1-4.

[3]Jn. 1 :9-10.

[4]Jn. 1 :14.

[5]Jn. 1 :18.

[6]Jn. 17 :3.

[7]Jn. 1 :18.

Popular posts from this blog

How Kant’s Synthesis of Empiricism and Rationalism resulted in Agnosticism

Immanuel Kant, presented with the extreme empiricism of Hume and the extreme rationalism of Liebniz, which he discovered through the writings Wolff, sought to take a middle road between these two extreme philosophical positions. I would submit that Kant’s synthesis of these two views leads to an agnosticism about what Kant called “the thing-in-itself”, and ultimately to the philosophical positions known as Atheism, determinism, and nihilism.


Kant’s Sources
First of all, Kant was influenced by Hume’s empiricism and Newton’s physics. He saw that the physical sciences, in contrast to rationalistic metaphysics, were actually making advances. They were making discoveries, and building a system of knowledge that accurately described the world of our sense perceptions. Rationalistic metaphysics, on the other hand, was floundering amidst the combating systems that the philosophers were erecting. It did not provide new knowledge, and only led to unacceptable conclusions, such as the Absolute Mon…

LEISURE: THE BASIS OF CULTURE – A BOOK REVIEW

Leisure: The Basis of Culture & the Philosophical Act. Josef Pieper. Translated by Alexander Dru. 1963. Reprint, Ignatius Press, 2009. 143 pp. $12.99. ISBN 978-1-58617-256-5.
            This book is composed of two articles written by the German philosopher Josef Pieper. Though the two articles are intimately connected, they form two distinct works; as such, this book review will begin by giving a brief introduction to the works in question, followed by and exposition of each of the works individually. The two articles that are included in this book, Leisure: the Basis of Culture and The Philosophical Act, were both published in 1947, and, as such, were written during the cultural crisis in Germany that followed the Second World War. Not only did Pieper have the cultural crisis in mind when he wrote these articles, but he was also writing in light of the works of the most well-known German philosopher of the time – Martin Heidegger. As such, any reader who is familiar with Heidegg…

IDENTITY AND DIFFERENCE by Martin Heidegger

I don’t propose to attempt any sort of reply to Martin Heidegger in this article. The purpose of this article is to explain Martin Heidegger’s thoughts, as they are found in the book, Identity and Difference. Martin Heidegger is a difficult thinker to understand, and requires a lot of work to fully appreciate his arguments. My primary goal in this article is to introduce the reader to two very important articles written by Heidegger, and, I hope, to properly explain Heidegger’s views on Being and beings.
            This book is composed of two articles written by Martin Heidegger and translated with an introduction by Joan Stambaugh. The first article, The Principle of Identity, is “the unchanged text of a lecture given on the occasion of the 500th anniversary of the University of Freiburg im Breisgau, for the faculty day on June 27, 1957.”[1] The second article The Onto-theo-logical Constitution of Metaphysics, is “the explication that concluded a seminar during the wint…