Wednesday, December 12, 2012

Publication par un Invité: Réponse au documentaire « Les soldats de Jésus » et à la réaction de Pierre-Luc Brisson dans le Huffington Post par Benoît Côté


Suite à la diffusion du documentaire Les Soldats de Jésus à l'émission Les Grands Reportages de RDI le lundi 10 décembre 2012, M. Pierre-Luc Brisson a publié une réplique virulente dans le Huffington Post au portrait que ce documentaire fait des évangéliques québécois. Il m'a paru bon d'y répondre afin de combattre les préjugés et les caricatures qui ont été véhiculés encore et encore sur la foi évangélique au Québec et ailleurs.

Le documentaire peut être vu ici :
http://www.tou.tv/les-soldats-de-jesus  

L'article de M. Brisson peut être lu ici :
http://quebec.huffingtonpost.ca/pierre-luc-brisson/evangelistes-quebec_b_2278108.html

Et voici ma réponse :


M. Brisson,
Je sens malheureusement à travers les propos de votre article, l’irrésistible envie de voir à tout prix le mouvement évangélique, québécois ou autre, associé avec tout ce qui y est souvent associé et que vous n’appréciez pas. C’est dommage, car cela vous a empêché de saisir ce que le documentaire d’hier voulait accomplir, soit de montrer à quoi ressemble la vie quotidienne de la très grande majorité des évangéliques québécois.

Malheureusement, quand on suit cette grande majorité d’évangéliques dans leurs vies quotidiennes, on trouvera peu de sensationnalisme : pas d’agenda politique de transformer Ottawa en filiale républicaine américaine, pas de scandales odieux dont les médias raffolent, pas de tentatives de laver le cerveau des enfants ou de qui que ce soit... Bref, pas grand chose qui puisse faire la une des journaux. Mais beaucoup de prière, de communauté, de soutien dans les moments difficiles, de solidarité, de partage et d’amour.

C’est cette vie quotidienne des évangéliques que le documentaire visait à mettre en évidence, en laissant la parole à ces membres d’un mouvement qui se voit la cible de beaucoup de préjugés de la part de personnes qui ne le connaissent que de l’extérieur, à travers le portrait que les médias ont pu en donner.

Alors pour le spectateur extérieur qui ne prend pas la peine de s’informer correctement avant d’émettre son opinion, tous les évangéliques sont des créationnistes, des ignorants, réfractaires à la science moderne, des reclus qui lavent le cerveau de leurs jeunes dans des écoles frisant l’illégalité, qui organisent des campagnes de haine contre les gais et lesbiennes, qui brûlent des cliniques pour avortement et qui lisent la Bible de façon « littérale », ce qui veut dire dans la bouche de ceux qui emploient ce terme que les évangéliques mettent leur cerveau en sourdine lors de leur lecture du texte biblique pour appliquer le texte directement sans réfléchir.

Bâtir un portrait des évangéliques à partir de ceci, c’est appliquer la même mécanique rhétorique qui fait de tous les musulmans des terroristes, de tous les politiciens des corrompus et de tous les policiers des brutes violentes. Je dis donc non à cette vaine rhétorique, et je pose simplement la question : avez-vous déjà été en contact avec une communauté évangélique, comme celle que le réalisateur du documentaire a côtoyée pendant 18 mois en faisant son film? Sinon, sur quelle base pouvez-vous affirmer que le portrait qu’il en fait n’est pas fidèle à ce qui s’y passe?

Ainsi, le documentaire d’hier cherchait à présenter exactement ce qu’il a présenté : pas une « infopub », comme vous le dites avec condescendance, mais le portrait de dizaines de milliers de québécois qui ont trouvé sens et valeurs à travers leur relation avec Dieu, qui vivent une vie quotidienne dans laquelle la dimension spirituelle est prépondérante, et dans laquelle le désir le plus cher est de suivre l’exemple de Jésus-Christ, jusqu’à montrer un amour si radical qu’il est révoltant parfois aux yeux de l’extérieur (comme le couple qui exprimait sa volonté de chérir et d’aimer un enfant qui serait né d’un viol). Ce que la très grande majorité des évangéliques veut faire, c’est vivre une vie qui ressemble de plus en plus à celle de Jésus, et ce même si nous nous frappons toujours à notre faiblesse humaine.

Je suis évangélique, j’ai été enseignant pendant de nombreuses années, et je suis présentement à la maîtrise en philosophie de la religion et en philosophie moderne. En tant qu’académique chrétien, je trouve malheureux de lire dans vos mots l’envie de voir ce documentaire barbouillé de sensationnalisme. Si les 8 écoles que vous mentionnez et si les fameux liens politiques avec Ottawa ne sont pas représentatifs de la vie quotidienne de la très grande majorité des évangéliques québécois, en quoi est-ce pertinent de les intégrer dans un documentaire qui présente les tranches de vie que le réalisateur (qui n’est pas chrétien en passant) voulait présenter?

Pour une fois, et je m’en suis trouvé très étonné, j’ai pu voir dans les médias une présentation du mouvement évangélique qui ressemblait drôlement à une semaine normale dans mon église, et dans la très grande majorité des églises évangéliques. Et quand je vous entends qualifier ce traitement de « déséquilibré dans son contenu et ses choix », je lis entre les ligne que le portrait que vous vous êtes personnellement fait de l’évangélisme est construit à partir de généralisations sur des faits reprochables et des scandales qui ne sont pas du tout représentatif ni des croyances fondamentales des évangéliques, ni de leurs vies ou de leurs valeurs. Avant d’écrire votre commentaire, vous auriez dû, vous aussi, passer quelques temps dans une de ces communautés, pour confronter votre préconception avec la réalité.

Il est vrai que les évangéliques ont des positions qui ne sont pas « politically correct » et qui choquent les valeurs contemporaines. Nous les assumons complètement, car elles découlent de choix dans la hiérarchie de nos valeurs et de nos croyances. Ce qui n’est pas acceptable, c’est de se voir caricaturés sur la scène publique avant même d’être vraiment connus. Alors venez passer quelques temps avec notre communauté (AXE21 à Sherbrooke), et vous verrez que le portrait des évangéliques qui ressortira de votre séjour sera proche de celui que vous avez vus dans le documentaire à RDI. Vous ne serez pas d’accord avec tout ce dont nous faisons la promotion, évidemment, mais votre expérience sera loin de se rapprocher de ces discours dérangeants et provocateurs que vous auriez aimé voir mentionnés dans le documentaire.

Avant de critiquer, il faut connaître ce dont on parle, et à la lumière de vos propos, si vous aviez vu hier le documentaire que vous auriez aimé voir, cela aurait été un documentaire empreint de sensationnalisme, bon pour la télé, certes, mais en rien représentatif de ce que vit la très grande majorité des évangéliques.

Bien cordialement,

Benoît Côté