Skip to main content

Un Apologie pour l'Apologétique Chrétien


Le mot apologétique proviens du mot grec « apologia », qui a pour sens : une défense, justification, de présenter sa défense, ou de se défendre. Dans 1 Pierre 3 :15, Pierre, parlant aux chrétiens en général, ordonne aux chrétiens ceci : « Mais sanctifiez dans vos cœurs Christ le Seigneur; soyez toujours prêts à vous défendre contre quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous : mais (faites-le) avec douceur et crainte. »  Dans ce texte, le mot « défendre » qu’emploie Pierre est le mot grec « apologian » qui a pour signification de donner une défense ou une justification.

Paul, lorsqu’il a confronté les philosophes dans l’aréopage à Athènes (Actes 17), a présenté une explication rationnelle de la foi chrétienne. Notez qu’il n’a jamais mentionné le nom de Jésus. C’est sur les bases intellectuelles des Grecs qu’il a commencé son discours. Pareillement, nous avons besoin d’être capables de présenter l’évangile de façon rationnelle, comme le faisaient les apôtres. Nous devons avoir un impact sur la société, mais pour le faire, nous devons rencontrer la société et ses penseurs sur leur terrain.

Pour ceux qui ne croient pas que Dieu existe ou qui n’acceptent pas l’autorité de la Bible, nous devons commencer avec la raison. Pour ceux qui croient que Dieu existe, nous pouvons les amener à la Bible. Pour ceux qui acceptent l’autorité de l’Ancien Testament, nous pouvons leur présenter le Messie à travers les prophéties. Quant à ceux qui acceptent toute la Bible, mais qui rejettent la divinité de Jésus (comme les Témoins de Jéhovah), nous pouvons raisonner avec eux avec tout le contenu de la Bible.

Les gens qui n’ont pas fait des recherches philosophiques ont souvent peur du mot rationnel ou raison. Paul, comme nous lisons en Actes 17 :2-3, avait l’habitude de raisonner à partir des Écritures : « Paul y [dans la synagogue] entra, selon sa coutume. Pendant trois sabbats, il eut avec eux des entretiens, d’après les Écritures; il expliquait et exposait que le Christ devait souffrir et ressusciter d’entre les morts… » Le mot «entretiens» provient du mot grec « dielexato » qui veut dire : débattre, argumenter ou raisonner. Paul avait la coutume de raisonner et de débattre à partir des Écritures pour démontrer que Jésus était le Messie des Juifs. Les apôtres, quand ils évangélisaient, raisonnaient avec leur audience pour démontrer la vérité de l’Évangile. Il n’est ainsi pas étonnant que Pierre nous commande de faire là même.

Les apologètes sont les défenseurs de la foi chrétienne et de sa rationalité. Une conférence d’apologétique est une opportunité pour ces apologètes d’équiper les membres de l’église pour qu’ils soient eux-mêmes capables d’être « toujours prêts » à  « défendre contre quiconque [leur] demande raison de l’espérance qui est en [eux]. »

Popular posts from this blog

How Kant’s Synthesis of Empiricism and Rationalism resulted in Agnosticism

Immanuel Kant, presented with the extreme empiricism of Hume and the extreme rationalism of Liebniz, which he discovered through the writings Wolff, sought to take a middle road between these two extreme philosophical positions. I would submit that Kant’s synthesis of these two views leads to an agnosticism about what Kant called “the thing-in-itself”, and ultimately to the philosophical positions known as Atheism, determinism, and nihilism.


Kant’s Sources
First of all, Kant was influenced by Hume’s empiricism and Newton’s physics. He saw that the physical sciences, in contrast to rationalistic metaphysics, were actually making advances. They were making discoveries, and building a system of knowledge that accurately described the world of our sense perceptions. Rationalistic metaphysics, on the other hand, was floundering amidst the combating systems that the philosophers were erecting. It did not provide new knowledge, and only led to unacceptable conclusions, such as the Absolute Mon…

LEISURE: THE BASIS OF CULTURE – A BOOK REVIEW

Leisure: The Basis of Culture & the Philosophical Act. Josef Pieper. Translated by Alexander Dru. 1963. Reprint, Ignatius Press, 2009. 143 pp. $12.99. ISBN 978-1-58617-256-5.
            This book is composed of two articles written by the German philosopher Josef Pieper. Though the two articles are intimately connected, they form two distinct works; as such, this book review will begin by giving a brief introduction to the works in question, followed by and exposition of each of the works individually. The two articles that are included in this book, Leisure: the Basis of Culture and The Philosophical Act, were both published in 1947, and, as such, were written during the cultural crisis in Germany that followed the Second World War. Not only did Pieper have the cultural crisis in mind when he wrote these articles, but he was also writing in light of the works of the most well-known German philosopher of the time – Martin Heidegger. As such, any reader who is familiar with Heidegg…

IDENTITY AND DIFFERENCE by Martin Heidegger

I don’t propose to attempt any sort of reply to Martin Heidegger in this article. The purpose of this article is to explain Martin Heidegger’s thoughts, as they are found in the book, Identity and Difference. Martin Heidegger is a difficult thinker to understand, and requires a lot of work to fully appreciate his arguments. My primary goal in this article is to introduce the reader to two very important articles written by Heidegger, and, I hope, to properly explain Heidegger’s views on Being and beings.
            This book is composed of two articles written by Martin Heidegger and translated with an introduction by Joan Stambaugh. The first article, The Principle of Identity, is “the unchanged text of a lecture given on the occasion of the 500th anniversary of the University of Freiburg im Breisgau, for the faculty day on June 27, 1957.”[1] The second article The Onto-theo-logical Constitution of Metaphysics, is “the explication that concluded a seminar during the wint…