Skip to main content

Un Dialogue Concernant le Don de Parler en Langues


Un ami m’a envoyé des observations sur l’enseignement de Paul concernant le don de parler en langues comme on les trouve en 1 Corinthiens 14. Ces observations étaient bonnes, et j’ai décidé de lui renvoyer d’autres observations, en liens avec ceux qu’il avait déjà faits, pour dialoguer et augmenter sa compréhension de ce sujet intéressante. Après avoir écrit tout des observations, j’ai pensée que peut-être quelqu’un d’autre pourrait trouver ce dialogue intéressant. Donc, j’ai décidé de le publier sur mon blog. J’ai édité le dialogue pour qu’il soit plus facile à comprendre, mais je n’ai pas édité ce qu’il à dit. J’ai marqué « Ami » devant les observations de mon ami, et « David » devant mes observations.

Ami : « Ce que je comprends du message de Paul au sujet du parler en langue :Personne ne doit rabaisser ceux qui parlent en langue et ceux qui parlent en langue ne doivent pas mépriser les autres. C'est Dieu qui est à l'origine de ce don.»

David : « Dieu - L'esprit saint - est à l'origine de tout les dons, et tout le Chrétiens ont des dons différent (1 Cor. 12: 7, 11, Rom. 12:6), donc, c'est faux que tous les Chrétiens devrait parler en langues comme les pentecôtistes affirme souvent. »

Ami : « Il est désirable de parler en langue, mais pas indispensable. »

David : « Effectivement. C'est désirable de parler en langues dans la même façon que c'est désirable d'avoir tout les autres dons (1 Cor. 14:1). On devrait aspirer à avoir le don de la foi (1 Cor. 12:9) autant que de parler en langues. Mais, on devrait aspirer aux meilleurs dons (1 Cor. 12:31). »

Ami : « Il est moins important que la prédication ou l'enseignement. » 

David : « Effectivement (1 Cor. 14:1). »

Ami : « C'est un don qui édifie celui qui le possède, nous devrions utiliser les dons qui édifie l'église en premier (à moins d'avoir un interprète pour faire profiter à tout le monde) »

David : « Effectivement (1 Cor. 14:2-5). Le but des dons c'est l'édification de l'église de Dieu (1 Cor. 12:7). Donc, une conséquence de cet instruction est que le don de parler en langue ne devrait pas être pratiqué en publique à moins qu'il y a quelqu'un qui peut traduire. Une conséquence de celle-ci est que quand on parle des langues, on parle des langues reconnu dans le monde; c’est-à-dire, anglais, français, chinois, japonais, etc. Noté bien qu'en Actes, surtout la première fois que les apôtres avaient parlé en langues, ceux qui écouté entendais les prédicateurs, chacun dans sa propre langage. Donc, il y avait des Grecs, qui entendais un des disciples qui parler en Grec, il y avait des Hébreux qui entendais un des disciples parler en hébreux, etc. (Actes 2:6-12). Donc, si la langue parler, quand un personne parle en langue, n'est pas une langue reconnue dans le monde, une langue humaine, qui peut être objectivement interprété, alors, ce qui viens de se passé ne viens pas de l'Esprit Saint - Dieu. J'ai déjà parlé avec des gens qui disaient qu'ils "prier en langues en privée." J'avais la tentation de dire, "Okay. C'est correcte, il n'y a rien de mal à ca." Et je pense que j’ai souvent dit ca. Mais, si, quand on parle en langues, la langue doit être un vrai langage, et pas simplement la répétition de bruits sans sens, est-ce que ces personnes parlent vraiment en langues (C’est-à-dire, est-ce qu’ils sont en train d’exercer le don de parler en langues?)? Et, comment est-ce qu'ils pourraient savoir qu'ils parlent en langues (le don de l’Esprit)? Paul dit, en 1 Cor. 14: 9, ‘De même vous, si par la langue vous ne donnez pas un parole significative, comment saura-t-on ce que vous dites? Car vous parlerez en l'air.’ Donc, quand on parle en langue, ce qu'on dit doit être objectivement interprétable, les bruits qui sorte de la bouche de celui qui parle en langue doit avoir un sens objective, sinon, ce n'est pas de Dieu. De plus, Paul dit que, malgré qu'il est capable, lui-même, de parler en langues plus que tous les autres (1 Cor. 14:18), il préfère, lui, de parler avec des mots qui lui fait du sens. ‘Car si je prie en langue, mon esprit est en prière, mais mon intelligence demeure stérile. Que faire donc? Je prierai par l'esprit, mais je prierai aussi avec l'intelligence; je chanterais par l'esprit, mais je chanterai aussi avec l'intelligence. (1 Cor. 14:14-15)’ C'est possible de louer Dieu, en esprit, mais d’une façon qui est intelligible pour toi et les auditeurs autour...ca se fait en louant Dieu dans ta propre langage, et/ou le langage de ceux qui sont autour de toi. »

Ami : « Malgré le fait que Paul se rejouit de parler en langue, il considère ce don comme le plus ''petit'' puisqu'il n'édifie pas l'église (en général). »

David : « J'irais plus loin. Parce que la façon que Paul parle ici, est, sans mépriser le don des langues qu’il possède lui-même, vraiment révélateur des motives. En 1 Cor. 14:18, Paul dit qu'il parle en langue plus que tout les membres de l'église de Corinthe ensemble. Après avoir affirmé cela, Paul dit, ‘Mais’, et c'est un gros MAIS, ‘dans l'Église, je préfère dire cinq paroles avec mon intelligence, afin d'instruire les autres, plutôt que dix milles paroles en langue. (1 Cor. 14:19)’ Je donnerais un exemple personnelle, pour illustré ce qu'il est en train de dire. Moi, je pourrais, à ma prochaine prédication, prêcher en anglais, et ma prédication serait une bénédiction pour Dieu, Dieu serait glorifier. Mais la majeure partie des gens qui assistent à ma prédication ne comprendrait pas ce que je dis. Ca serve à quoi parler en publique quand les gens ne peuvent pas comprendre le message? Maintenant, quelqu'un pourrais dire, ‘Oui. Mais, MOI, je préfère parler en langue.’ Des questions qui me viens en tête, et ils sont un peu bête, sont, "Pourquoi? Es-tu plus spirituelle que Paul? Qu'est-ce que ca te fait de parler en langue, à part d'attirer l'attention sur toi? Quand tu 'parle en langues' comment est-ce que tu sais que ça viens de Dieu et non de toi-même ou le diable? (La seule façon qu'on peut savoir que ca viens de Dieu est s'il y a un interprète, qui reconnais le langage et qui l'interprète, et que le message soit en accorde avec la parole de Dieu!!!! Si ces trois critères ne sont pas remplis, alors ta petite session de parler en langues ne viens pas de Dieu. Donc, il viens soit de toi-même ou du diable.)’ Paul, inspiré de Dieu à écrit, ‘Je rends grâces à Dieu de ce que je parle en langues plus que vous tous; mais dans l'Église, je préfère dire cinq paroles avec mon intelligence, afin d'instruire les autres, plutôt que dix mille paroles en langue. (1 Cor. 14:18-19)’ Il a aussi dit qu'on devrait aspirez ‘aux dons les meilleurs, (1 Cor. 12:31)’ - qui n'inclut pas le don des langues, et qu'on devrait aspirez ‘surtout à celui de prophétie. (1 Cor. 14:1)’ Donc, en aspirant après le don des langues tu base le standard, tu ne vise pas haut. »

Ami : « Parler en langue est un signe pour les non-croyants, la prédication est quant à elle pour les croyants, l'image projeté au monde extérieur pourrait être mal perçu, vaut mieux utiliser la prédication et l'enseignement pour toucher le plus de gens possible. »

David : « Effectivement. (1 Cor. 14:22-25) »

Ami : « Que tout les dons soit utilisé pour l'édification du plus grand nombre de gens! »

David : « Effectivement. (1 Cor. 14:26) Noté bien les instructions que Paul donne pour comment l'église devrait agir quand les membres se réunissent ensembles. (1 Cor. 14:26-40) Il donne plusieurs instructions concernant comment agir en assemblée. Concernant le don de parler en langues, il dit que personne ne devrait pas parler en langues à moins qu'il y a un interprète qui peut expliquer ce que celui qui a parler en langue à dit (1 Cor. 14:27-28). Qu'est-ce que ca implique? Ca implique qu'avant de parler en langues on sait qu'il y a quelqu'un qui peut interpréter celui qui va parler en langues. C'est une phrase logique que Paul dit ici, "S'il n'y a pas d'interprète, qu'on se taise dans l'Église, qu'on parle à soi-même et à Dieu. (1 Cor. 14:28)" Ce phrase est dans un forme logique. "Si il n'y a pas X, alors pas Y." (X = l'interprète, Y = parler en langues). Donc, logiquement, avant de parler en langue je dois savoir qu'il y a un interprète qui connait la langue que je vais utiliser!!!!! Paul donne d'autres instructions en rapport avec les femmes, et ceux qui enseigne (les prophètes). En suite il dit, et ceci est vraiment frappant, "Si quelqu'un croit être un prophète ou inspiré, qu'il reconnaisse que ce que je vous écris est un commandement du Seigneur. Et si quelqu'un l'ignore, c'est qu'il est ignoré de Dieu. (1 Cor. 14:37-38)." Les instructions que Paul viens de donné sont inspiré de Dieu, et si on les ignore, si on décide de faire ce qu'on veut pareil, alors on n'est pas juste en train d'ignorer les paroles d'un auteur humain!!! On est en train d'ignorer les paroles de Dieu, et alors, on ne l'honneur pas. »

David : « Ce que je crois comprendre de 1 Corinthiens 12-14, c'est que le don des langues est la capacité de parler des langues humaines, différente. Il y avait des gens dans l'église à Corinthe qui parlaient des langues autres que Grecque. Il y avait le chaos dans l'église parce que tu avais des gens qui s’élevaient pour parler, tout en même temps, dans des langues différentes. Donc, Paul, inspiré de Dieu, remettre des choses à l'ordre. Si quelqu'un à de quoi à dire, mais il ne parle pas Grecque (il parle un autre langage) qu'il s'assure d'avoir un interprète. S'il n'y à pas d'interprète, qu'il se taise. Ca serait comme si je visité une église en Chine, je parle plusieurs langues, mais pas Chinois, donc, à moins qu'il y a un interprète, je dois me taire!!! Qu'est-ce que je peux faire? Parler à Dieu, et m'instruire moi-même (1 Cor. 14:28). Mais, s'il y a un interprète, il ne faut pas m'empêcher de parler juste parce que je parle en langues!!! (1 Cor. 14:39-40) »

Ami : « Conclusion de Paul, 1 Corinthiens 14.39-40 : Ainsi donc, frères et sœurs, aspirez au don de prophétie et n'empêchez pas de parler en langues, mais que tout se fasse convenablement et avec ordre. »

Ami : « Les pentecôtistes, selon ce que j'ai recherché sur internet (source plus ou moins fiable..), affirment que c'est le signe initial du baptême du Saint-Esprit : plusieurs fois dans Actes, (actes 2.4, 10.46, 19.6) lorsque des croyants sont touchés par le Saint-Esprit, ils se mettent à parler en langues. Mais, je n'ai pas vraiment discerné une différence d'avec ce que nous croyons...!? »

David : « C'est sur que dans les églises Pentecôtistes il peut y avoir des croyances diverses. Mais, concernant les langues, ils croient que si tu n'as pas parlé en langues, alors tu n'as pas encore reçu l'Esprit-Saint. Le problème avec une telle affirmation est que, si tu n'as pas l'Esprit, alors tu n'es pas sauvé (Rom. 8:9 "Si quelqu'un n'a pas l'Esprit de Christ, il ne lui appartient pas."). Donc, logiquement on dit ceci:
1. Si tu n'as pas parlé en langues, alors, tu n'as pas reçu l'Esprit Saint.
2. Si tu n'as pas reçu l'Esprit-Saint, alors tu n'es pas sauvé (Rom. 8 :9).
3. Donc, Si tu n'as pas parlé en langues, alors tu n'es pas sauvé.

Ceci est une simple suite logique. Je vais illustrer avec des lettres majuscules.
Si pas A, alors pas B.
Si pas B, alors pas C.
Donc, Si pas A, alors, nécessairement pas C. 

(A→ B. B→ C. Donc, A→ C. Les flèches représente la relation logique "Si ...Alors..." Pour simplifier je n'ai pas ajouté les symboles de négation. Mais tu comprends le concept.)

Mais ceci est contradictoire à ce que la Bible enseigne, parce que, comme on l'a déjà vue en haut, ce n'est pas tous les Chrétiens qui reçoivent le don de parler en langues. Mais, ils sont sauvés même s'ils n'ont pas ce don!!! Si la conclusion est fausse, alors un des prémisses est faux. La troisième prémisse est la conclusion nécessaire et logique des deux premières prémisses. Mais la deuxième prémisse est vrai parce que c'est une citation de la Parole de Dieu, et donc c'est inspiré et infaillible. Donc, la première prémisse est fausse. C'est faux que si tu n'as pas parlé en langues, alors tu n'as pas reçu l'Esprit Saint. D'ailleurs ca implique aussi que le fait de parler en langues n’est pas une preuve que tu as reçu l'Esprit Saint. »

Popular posts from this blog

How Kant’s Synthesis of Empiricism and Rationalism resulted in Agnosticism

Immanuel Kant, presented with the extreme empiricism of Hume and the extreme rationalism of Liebniz, which he discovered through the writings Wolff, sought to take a middle road between these two extreme philosophical positions. I would submit that Kant’s synthesis of these two views leads to an agnosticism about what Kant called “the thing-in-itself”, and ultimately to the philosophical positions known as Atheism, determinism, and nihilism.


Kant’s Sources
First of all, Kant was influenced by Hume’s empiricism and Newton’s physics. He saw that the physical sciences, in contrast to rationalistic metaphysics, were actually making advances. They were making discoveries, and building a system of knowledge that accurately described the world of our sense perceptions. Rationalistic metaphysics, on the other hand, was floundering amidst the combating systems that the philosophers were erecting. It did not provide new knowledge, and only led to unacceptable conclusions, such as the Absolute Mon…

LEISURE: THE BASIS OF CULTURE – A BOOK REVIEW

Leisure: The Basis of Culture & the Philosophical Act. Josef Pieper. Translated by Alexander Dru. 1963. Reprint, Ignatius Press, 2009. 143 pp. $12.99. ISBN 978-1-58617-256-5.
            This book is composed of two articles written by the German philosopher Josef Pieper. Though the two articles are intimately connected, they form two distinct works; as such, this book review will begin by giving a brief introduction to the works in question, followed by and exposition of each of the works individually. The two articles that are included in this book, Leisure: the Basis of Culture and The Philosophical Act, were both published in 1947, and, as such, were written during the cultural crisis in Germany that followed the Second World War. Not only did Pieper have the cultural crisis in mind when he wrote these articles, but he was also writing in light of the works of the most well-known German philosopher of the time – Martin Heidegger. As such, any reader who is familiar with Heidegg…

IDENTITY AND DIFFERENCE by Martin Heidegger

I don’t propose to attempt any sort of reply to Martin Heidegger in this article. The purpose of this article is to explain Martin Heidegger’s thoughts, as they are found in the book, Identity and Difference. Martin Heidegger is a difficult thinker to understand, and requires a lot of work to fully appreciate his arguments. My primary goal in this article is to introduce the reader to two very important articles written by Heidegger, and, I hope, to properly explain Heidegger’s views on Being and beings.
            This book is composed of two articles written by Martin Heidegger and translated with an introduction by Joan Stambaugh. The first article, The Principle of Identity, is “the unchanged text of a lecture given on the occasion of the 500th anniversary of the University of Freiburg im Breisgau, for the faculty day on June 27, 1957.”[1] The second article The Onto-theo-logical Constitution of Metaphysics, is “the explication that concluded a seminar during the wint…