Skip to main content

Un Bref Pensée sur la Modestie

          Dans les milieux chrétiens, au moins, la question de la modestie est souvent le sujet de vifs débats. En partie à cause des textes comme 1 Timothée 2:9-10 et 1 Pierre 3:1-6, et en partie à cause de la notion que la femme devrait porter attention à ce qu’elle ne s’habille pas d’un façon qui va être un source de tentation pour les hommes.[1] Le débat, pour une raison inconnue, tourne presque toujours autour de la fameux question: Est-il correct pour une fille de porter un bikini? J'ai été impliqué dans de nombreuses discussions à ce sujet, et j'ai toujours été un peu troublé par la tendance inhérente à plusieurs personnes dans le débat de mettre en place, comme une règle infaillible, qu'il est toujours, et en toute circonstance, pas honorable devant Dieu pour une femme de porter un bikini. Cette affirmation est, bien entendu, la même chose que de dire que c'est un péché de porter un bikini. Il s'agit d'une revendication inquiétant parce que c'est la même chose que les pharisiens avaient faites en Israël; Fixant comme une loi, pas quelque chose qui a été explicitement ordonné par Dieu, ni même sous-entendus par quelque chose que Dieu aurait dit, mais, une opinion personnelle sur un sujet. Typiquement, cette pratique est connue sous le nom légalisme.

Il y a une autre tendance inquiétante que j'ai remarqué dans ces conversations, à savoir, que personne ne semble avoir une idée claire de ce que le mot modeste ou sa négation, immodeste, signifie réellement. Ce mot est introduit dans la discussion comme si elle porte beaucoup de poids, mais, personne ne prend le temps de le définir, et d’expliquer ce qu’elle implique, et comment, compte tenu de la définition de la modestie, de portée ceci ou cela est immodeste. Il semble évident que la modestie est un terme qui ne s'appliquent pas, essentiellement aux vêtements, mais à une attitude. Il est, tout simplement, ignorants de fixer une loi sans d'abord établir les fondements sur lesquels la loi doit se fonder. Dans ce cas, la fondation devrait être la définition de la modestie. Donc, je vais d'abord expliquer ce que signifie le terme en question, et puis je vais vous donner quelques exemples concrets qui illustrent comment être modeste.

Le dictionnaire Merriam-Webster définit le terme modeste, premièrement, comme étant l’acte de « placer une estimation modérée sur ses capacités ou sa valeur. »[2] Les définitions qui suivent lire comme ceci, « ni extravagante, ni auto-assertif: tendant vers nonchalance; découlant de, ou caractéristique d'un personne modeste par nature, observer les convenances de l'habillement et le comportement (décent); limités en taille, la quantité ou la portée; sans prétention. »[3] Dans le Petit Larousse Illustré on nous informe que la modestie est la « qualité d’une personne modérée dans l’appréciation qu’elle a d’elle-même. »[4] Alors, d’être modeste est, principalement, d'avoir une attitude particulière. Il est d'être modéré dans la façon dont on dépeint ses capacités, son caractère et son corps. La modestie implique la représentation extérieure de sa propre valeur; c'est la façon dont nous présentons nous-mêmes à d'autres personnes. Par conséquent, une personne qui est immodeste pourrait également être décrit comme étant prétentieux ou trop extravagant. Fait intéressant, une personne qui est trop timide, retirée ou, dans la mesure où les vêtements sont concernés, terne, est aussi immodeste. Autrement dit, ils n’ont pas, pour reprendre la définition de Webster, « placer une estimation modérée sur leur propres capacités ou valeur. » Ils se sont sous-estimer, ou minimiser, ou, on pourrait dire, ils commettent le péché de la fausse humilité. Vous voyez, la modération est tout au sujet d’un milieu (la modération), c'est de ne pas aller aux deux extrêmes. De plus, c’est de cette façon dont la Bible enseigne concernant presque tous les sujets qui sont éthiquement « grise ». Donc, d’être modeste, n'est pas autant une question des vêtements qu’on porte que l'attitude qui nous pousse à s'habiller de cette manière. Ceci est évident dans notre texte (1 Tim. 2 :9-10), ainsi qu’en 1 Pierre 3. Il faut aussi remarquer que la modestie ne peut pas être considérée à l’abstraction des circonstances dans lequel on porte les vêtements en question.

Comme je l'ai mentionné déjà, c'est la politique quasi-officielle des nombreux chrétiens d'affirmer que les bikinis sont en eux-mêmes indécents ou immodeste. Bien sûr, si la modestie est définie comme nous l'avons mentionné ci-dessus, nous ne pouvons pas faire une telle déclaration. Au contraire, des bikinis, et tout autre article de l'habillement, seront modéré ou immodéré selon les circonstances (ce qui implique la situation ou lieu, la personne en question, et l’article de vêtements en question). Il y a deux façons, fondées sur la définition ci-dessus, par lequel on peut déterminée qu’un morceau de vêtement est modeste ou immodeste. La première façon dépend de la personne qui porte les vêtements en question, et le second dépend des circonstances dans lequel la personne en question porte des vêtements en question. Ce qui pourrait être modeste sur une personne dans certaines circonstances, pourrait aussi être immodeste sur un autre dans les mêmes circonstances, et un même article de vêtement pourraient être modeste dans une circonstance, mais pas dans un autre. (Ceci n'est pas, d’ailleurs, l'affirmation que l'éthique est relative, mais, plutôt, l'affirmation que les réponses aux nombreuses questions d’éthiques sont fondées sur l'application correcte des principes approprié. Les principes de la philosophie morale sont absolus, mais, ils doivent être appliqués avec sagesse et discernement, dans chaque circonstance.)

Commençons par la deuxième façon, qui est, comment les circonstances déterminent la modestie ou immodestie d'un article de l'habillement. On va mettre quelques exemples sur la table. Certains d'entre eux je prends directement à partir des gens qui prétendent que les filles ne devraient jamais porter des bikinis. Est-il présomptueux ou immodeste pour une femme de porter un bikini quand elle va passer la soirée seule avec son mari dans leur spa à leur maison? Est-il présomptueux ou immodeste pour une femme de porter de la lingerie, ou même d'être nu, lors des rapports sexuels avec son mari? Est-il présomptueux pour une femme de porter un bikini dans un spa, lors d'une fête, à laquelle seules des filles sont invitées, dans une maison privée? Il semble que la réponse à chacune de ces questions est NON! Dans ces circonstances, au moins, il n'est pas présomptueux ou immodeste pour une femme de porter un bikini, ou même dans le deuxième cas, d’être nu. Par conséquent, nous devons, en fait, nous sommes obligés de conclure, qu’un bikini, en tant que telle, en soi, n'est pas immodeste. Plutôt, ce sont les circonstances dans lesquelles il est porté qui décidera si la fille est modeste ou immodeste. Notez le changement d'emphase dans la phrase précédente. Ce n'est pas le bikini qui est modeste ou immodeste, mais la fille qui le porte, selon les circonstances. Nous voyons un principe qui commence à ressortir. Mettons-nous d'autres exemples sur la table, pour nous aider à mieux comprendre le principe.

Si j’assiste à un dîner qui est une affaire formelle, comme un mariage, est-il modeste ou immodeste pour moi de porter mes jeans troué, et mon chandail à capuchon préféré? Maintenant la plupart des gens, en discutant de modestie, ne vous demandera jamais ce type de question, parce que tout ce que les préoccupes est de savoir quel quantité de peau qu’une fille a la droit de montrer? Il n’y pas seulement une circonstance dans laquelle la modestie, et les principes de la modestie, s'applique, mais plusieurs. La réponse à la question que je viens de poser est, qu'il serait immodeste pour moi de porter ces jeans et gros chandail à capuchon en cette circonstance, parce que je ne suis pas habillé de manière appropriée pour la circonstance. L'autre côté de la médaille est qu'il est tout aussi immodeste pour moi de porter un habille de mariage noir à une partie de Superbowl.

Un autre exemple: la plupart de ceux qui tendent vers l'affirmation selon laquelle des  bikinis sont immodeste ne trouvent pas un problème avec un maillot de bain normal à un morceau, qui couvre tout le corps. Cependant, est-il modeste ou immodeste pour une femme de porter un costume de bain normale quand elle va à l'obtention d’un diplôme, à un mariage dans une église, ou à une funérailles? Évidemment, dans chacune de ces circonstances, il est immodeste parce que les circonstances exigent que l'on soit dans une robe ou un habille propre ou formelle. Ainsi, un maillot de bain normal n’est pas toujours modeste. Un autre question : Était-ce modeste ou immodeste pour Yulia Nestsiarenka de Belarus, qui a remporté la médaille d'or pour le course de 100 mètres aux Jeux olympiques d'été de 2004, de porter l'équivalent d'un soutien-gorge de sport et un bas de bikini pour exécuter cette course? Nous aurions tendance à dire que c'est une question ridicule parce que c'est justement ce que les coureurs olympiques portent pour minimiser la friction de l’eau sur leur corps. Pourtant, si elle aurait porté la même tenue pour visiter la reine d'Angleterre, elle aurait était jugé immodeste.

Maintenant, en lien avec la première façon de déterminer la modestie ou immodestie, nous allons nous donner quelques exemples de la façon dont un seul morceau de vêtement peut être modeste ou immodeste en fonction de la personne qui le porte. Quelques exemples peuvent aider à éclaircir cette question. Prenez par exemple un costume de bain normale, rouge, et de taille moyenne, tels que les sauveteurs femelles portent. Pour une femme d'une certaine taille, qui est, une femme pour qui ce maillot de bain est ajusté parfaitement, il est parfaitement modeste. Cependant, pour une femme qui devrait porter un petit ou extra-petit, ou un large ou extra-large, le maillot de bain de grandeur moyen est immodeste. Un autre exemple, pour moi, il serait immodeste, et honnêtement, sur le bord d’être ridicule, pour moi de porter une paire de jeans de taille 50. Toutefois, cette paire de jeans serait parfaitement modeste sur un homme qui est plus grand que moi. Un petit t-shirt serait modeste sur une femme qui est mince et environ 5'4 ", mais ce même petits t-shirt serait immodeste sur une femme qui est plus large et/ou 6 pieds de haut. La jupe que ma fille porte est parfaitement modeste, sur elle! Si une femme adulte était de la mettre, elle serait immodeste.

La modestie et l'immodestie s'applique aussi bien aux hommes qu’aux femmes, et ce n'est pas déterminée par le vêtement en question, mais par la personne qui porte le vêtement, et par les circonstances en question. Nous ne pouvons pas simplement pointer vers un morceau de vêtement et déclarer qu'il est, en soi, immodeste; au contraire, la personne est modeste ou immodeste basée sur ce qu'il porte dans les circonstances en question. Bien sûr, et je n'ai pas pris le temps d'explorer ces sujets, la modestie a aussi à voir avec la façon dont j’agis, et que je parle. Les mêmes principes s'appliquent aux actions et aux discours, qu’aux vêtements que je porte. Ce que nous devons chercher à développer, n’est pas des personnes qui ne vont jamais porter des bikinis en public, ou, ça me fais mal de le dire, un Speedo. Au contraire, ce que nous devrions chercher à faire c’est d'enseigner aux gens comment bien déterminer ce qu'il faut porter selon leur propre corps, comment agir, et comment parler, basée sur la situation en question. C'est ce qu'on appelle la sagesse pratique, qui comprend la modestie, qui est de se présenté correctement devant les autres; présentant sa juste valeur, dans chaque circonstance dans laquelle on se trouve. Alors, les femmes, il n'est pas nécessaire de jeter ou brûler vos bikinis, vous avez juste besoin d'être sage pour savoir quand c'est le moment approprié de les porter. Selon Tite 2 :3-5 c’est les femmes chrétiens âgées qui sont supposé de donner l’exemple, et d’aider les jeunes femmes à apprendre ce qui est modeste et ce qui n’est pas modeste selon chaque circonstance. Ce qui implique une instruction particulière pour les femmes âgées, pour les jeunes femmes et pour les pères. Pour les femmes âgées, premièrement, faire attention à ce que tu t’habilles de façon modeste selon le corps que tu as présentement (pas celui que tu avais quand tu avais 20 ans), et selon les circonstances. De cette façon tu vas donner une bonne exemple de ce que c’est la vraie beauté et modestie. Deuxièmement, soit sage dans les conseils que tu donnes aux jeunes femmes chrétiens de ne pas être trop extrême ni d’un côté (trop de restrictions), ni de l’autre (trop libérale). C’est en étant trop extrême que tu vas perdre la respecte des jeunes femmes qui devrait t’écouter. Pour les jeunes femmes, tu veux savoir comment être modeste et t’habiller en conséquence de ta foi ? Regarde des femmes âgées chrétiennes qui sont des exemples de la piété, demande leurs avis, et imitez-les. Pères, Paul dit à Tîte que c’est la femme âgée qui est supposé d’enseigner les jeunes femmes comment suivre le seigneur. Si tu veux être le meilleur père pour vos filles, fait confiance à ta femme qu’elle va enseigner par exemple et parole ta fille comment être modeste. Nous avons notre place comme protecteur de nos filles, comme oreille qui écoute et qui prends soin, comme hommes, des besoins émotive de nos filles, mais, c’est le rôle de nos femmes, et les autre femmes d’expérience dans l’église, de montrer à nos filles comment être des vraies femmes. 

Personnellement, je n'ai jamais trouvé un moment opportun pour porter un Speedo, mais j'ai des amis qui, peut-être plus sage que moi, ont trouvé le moment opportun pour porter un Speedo.



[1]Rom. 14 :13, 1 Cor. 8 :9-13.

[2]Webster’s New Collegiate Dictionary, s.v. “Modesty”. Traduction le mien.

[3]Ibid.

[4]Le Petit Larousse Illustré, (2007) s.v. « Modestie ».

Popular posts from this blog

How Kant’s Synthesis of Empiricism and Rationalism resulted in Agnosticism

Immanuel Kant, presented with the extreme empiricism of Hume and the extreme rationalism of Liebniz, which he discovered through the writings Wolff, sought to take a middle road between these two extreme philosophical positions. I would submit that Kant’s synthesis of these two views leads to an agnosticism about what Kant called “the thing-in-itself”, and ultimately to the philosophical positions known as Atheism, determinism, and nihilism.


Kant’s Sources
First of all, Kant was influenced by Hume’s empiricism and Newton’s physics. He saw that the physical sciences, in contrast to rationalistic metaphysics, were actually making advances. They were making discoveries, and building a system of knowledge that accurately described the world of our sense perceptions. Rationalistic metaphysics, on the other hand, was floundering amidst the combating systems that the philosophers were erecting. It did not provide new knowledge, and only led to unacceptable conclusions, such as the Absolute Mon…

A Short outline of Charles Taylor's: The Malaise of Modernity

CHARLES TAYLOR’S THE MALAISE OF MODERNITY[1]
            This is simply an outline of Taylor’s basic argument in this short work written by Charles Taylor. The idea of this outline is to help the reader understand the book by providing a simple outline of the basic argument that Taylor is presenting here. The book, which is essentially the manuscript is the fruit of a series of presentations that Taylor made at the Massey Conferences which are hosted by Massey College and Radio-Canada, is divided into 10 chapters. In the first chapter Taylor essentially proposes three causes (recognizing that there may be more) of the Malaise of Modernity: (1) Individualism or the Loss of Sense, (2) The Primacy of Instrumental Reason or the Loss of Ends, and (3) The effect on society and politics in general of the loss of sense to an inauthentic individualism and the domination of instrumental reason, or, the loss of true freedom. Taylor considers the first Malaise in chapters 2 to 8, the second in c…

LEISURE: THE BASIS OF CULTURE – A BOOK REVIEW

Leisure: The Basis of Culture & the Philosophical Act. Josef Pieper. Translated by Alexander Dru. 1963. Reprint, Ignatius Press, 2009. 143 pp. $12.99. ISBN 978-1-58617-256-5.
            This book is composed of two articles written by the German philosopher Josef Pieper. Though the two articles are intimately connected, they form two distinct works; as such, this book review will begin by giving a brief introduction to the works in question, followed by and exposition of each of the works individually. The two articles that are included in this book, Leisure: the Basis of Culture and The Philosophical Act, were both published in 1947, and, as such, were written during the cultural crisis in Germany that followed the Second World War. Not only did Pieper have the cultural crisis in mind when he wrote these articles, but he was also writing in light of the works of the most well-known German philosopher of the time – Martin Heidegger. As such, any reader who is familiar with Heidegg…