Skip to main content

QUESTION CONCERNANT UN VERSET QUI SEMBLE CONTREDIRE L’AFFIRMATION QUE JÉSUS EST DIEU


Le voila la question comme tu me l’as transmis: "Jésus a aussi dit : Ne me touchez point jusqu'a ce que je revienne vers mon pere ET votre Pere MON DIEU ET VOTRE DIEU donc si Jésus est Dieu qui est ce Dieu dont il parle ? A moins que Jean soit un menteur?" Le verset en question est Jean 20:17. Ceci est une question qui englobe beaucoup de la théologie Chrétien. La question semblerait demander, Comment est-ce que Jésus, s'il est Dieu, peut dire qu'il s'en va vers son Dieu? Pour répondre à cette question il y a plusieurs points doctrinale qu'on à besoin d'expliquer.

Premièrement, la Bible enseigne clairement que Dieu est un seul Dieu (Deut. 6:4), et qu'il n'y à pas d'autres Dieu (Deut. 4:35, 39). Mais, la Bible affirme qu'il y a trois relations de personnes en Dieu (Dieu le Père, Dieu le Fils, Dieu l'esprit Saint - Gen.1:1-3, 26; Deut.6:4; Prov.30:4; Is.48:16; Zech.13:7; Mt. 28:19; Jn.10:30; 16:7-15; 2 Cor.13:14; 1 Jn.4:7; Heb.9:14). Maintenant, la question de la trinité, est, comment est-ce qu'on comprendre ces affirmations? Dieu est un. Jésus est Dieu, le Père est Dieu, et l'Esprit est Dieu. Les musulmans accusent les chrétiens d'être polythéistes, parce qu'ils comprennent ces phrases comme disant que chacun est un dieu distinct des autres, et donc, qu'il y a trois dieux. Mais ce n'est pas comme ça que les chrétiens comprends ces affirmations (en fait, les chrétiens, en majorité, ont toujours eux la même compréhension). Il y eux beaucoup de tentative d'expliquer ces affirmations à travers l'histoire de la Christianisme, mais, l'aspect commune de tout ces tentatives est que les chrétiens comprends qu'il n'y à qu'un Dieu, et, d’une façon ou d'un autre les trois personnes doivent être  "assimilé" (excuse ce mot, parce que ce n'est pas doctrinalement correcte. Je l'utilise seulement pour rassemblé l'aspect commune de tout les tentatives) dans l'entité qu'on appelle Dieu. Aucun Chrétien orthodoxe n'a jamais compris ces affirmations comme disant qu'il y a trois Dieu. Il y en à des gens qui attaque la Christianisme qui affirme que ces affirmations sont contradictoire, mais ceci n'est pas forcement vrai. Si on comprend qu'il y a trois Dieu, mais on affirme qu'il n'y a qu'un, alors, oui, ces phrases sont contradictoire. Mais, comme je viens de le dire, ce n'est pas comme ça que les Chrétiens comprennent ces phrases. La compréhension Chrétien des 4 affirmations (Il n'y à qu'un seul Dieu qui est un. Jésus est Dieu. Le Père est Dieu. L'Esprit Saint est Dieu.) pourrais être résumé comme ceci: Il y à trois relations de personnes dans un substance. Ou, on pourrait le dire de cette façon: il y a trois distinctes personnes qui ont un seul et même nature. Ces deux phrases ne contiennent aucune contradiction. Une contradiction serait présente lorsque le sens d'un terme ne peut pas contenir dans aucun sens l'autre terme. Les termes clé dans ces phrase sont: "personne", et "nature ou substance". Le sens de "personne" est, selon Thomas d'Aquin, " la personne, dans une nature quelconque, signifie ce qui est distinct en cette nature-là... Or en Dieu, nous l’avons dit, il n’y a de distinction qu’à raison des relations d’origine. D’autre part, la relation en Dieu n’est pas comme un accident inhérent à un sujet ; elle est l’essence divine même ; par suite elle est subsistante au même titre que l’essence divine. De même donc que la déité est Dieu, de même aussi la paternité divine est Dieu le Père, c’est-à-dire une Personne divine.  (ST I, Q. 29, A. 4)" Donc, il n'y a aucun contradiction dans l'explication donné ci-haut. Donc, il y a, en Dieu, trois personnes: le Père, le Fils, et l'Esprit-Saint. 

Deuxièmement, la Bible enseigne clairement que Jésus n'est pas un simple homme. La Bible affirme clairement que Jésus était un homme en nature (Rom. 1:3, Gal. 4:4, 1 Jn. 4:2), et qu'il est en nature, Dieu (voit Jn. 1:1, 8:58, Rom. 9:5, 1 Jn. 4:4, 5:20, etc.). Maintenant, il n'y à pas, ici, une contradiction pour la même raison qu'il n'y a pas une contradiction dans notre explication de la trinité. Il n'y a rien dans le terme "personne" qui ne permettre pas la possibilité qu'un personne possède deux "natures". Donc, on peut dire, sans contradiction que Jésus est une personne avec une nature divine et une nature humaine. (On pourrait répondre, "Oui. Mais je ne suis pas capable de comprendre comment ça pourrait arriver." Ceci n'est pas une objection qui peut démontrer que c'est faux que Jésus est une personne avec deux natures. Ceci est une affirmation de l'incapacité de la personne en question de comprendre une affirmation, c'est un limitation dans la personne, et non dans la doctrine. D'ailleurs, il y beaucoup de faits, et vérités dans l'univers qui ne sont pas compréhensible par la majeur partie des hommes, et même pour tout les hommes. On pourrait également répondre, "Okay, il n'y a pas de contradiction de termes, mais, comment est-ce qu'on sait que cette affirmation est vrai." La réponse à cette question est beaucoup trop longue pour moi de donner une réponse ici. Mais je pourrais donner un élément de réponse. Tout "démonstration" de la divinité de Jésus va être à partir de la Bible, donc, il y a plusieurs affirmations qui doivent être vrai avant qu'on prouve que Jésus est Dieu. Premièrement, Dieu doit exister. Si Dieu n'existe pas, alors Jésus n'est pas Dieu. Si Dieu existe, c'est possible que Jésus soit Dieu, mais pas nécessaire. Si la Bible est la Parole de Dieu, alors Jésus est Dieu, parce que la Bible affirme que Jésus est Dieu. (Mais ceci présuppose le deuxième point.) Deuxièmement, la Bible doit être la parole de Dieu. Si la Bible n'est pas la parole de Dieu, alors, même si Dieu existe, c'est possible que Jésus ne soit pas Dieu (mais, même si la Bible n'est pas la parole de Dieu il serait quel même possible que Jésus soit Dieu, sauve qu'on n'aurait aucun façon de le prouver.). Mais, si la Bible est, comme je viens de mentionner, la parole de Dieu, alors Jésus est Dieu. (Ceci est basé sur le fait que Dieu ne peut pas mentir, et que Dieu connais tout choses. Si Dieu ne peut pas mentir, et s'il connait tout choses, et si la Bible est la parole inspiré de Dieu, alors la Bible ne peut pas contenir, dans les manuscrit originaux, aucun erreur factuelle.) Donc, comme vous voyez, il y a beaucoup d'éléments qu'on doit examiner pour prouver que Jésus est Dieu, et je n'ai pas le temps de passer à travers tous ces points. Pour finir ce point je dirais que celui qui demande la question ci-haut est soit un hypocrite, soit quelqu'un qui cherche pour vrai. Si celui qui demande cette question ne croit pas que Dieu existe, alors c'est un hypocrite qui ne cherche que d'attaquer la foi Chrétien sans faire la recherche nécessaire pour comprendre les affirmations de la foi Chrétien. Si celui qui demande cette question fait des vrai recherches, et vraiment intéressé à la réponse, alors, il/elle doit s'attendre à ce que la réponse est basé sur les deux affirmations: (1) Dieu existe, et (2) la Bible est la parole de Dieu (et  par conséquent sans erreur). Dans le deuxième cas, c'est peut-être nécessaire de retourner voir les démonstrations concernant les deux affirmations fondamentales, mais, si on cherche la vérité ça vaut la peine.

Troisièmement, et finalement, dans le cadre qui nous est donné par les premières deux points, ce n'est pas difficile de comprendre l'affirmation de Jésus. Étant de nature humaine, quand il disait qu'il allait vers "son Dieu et ton Dieu" c'était vrai, parce qu'en tant que humaine, Dieu le Père est "son Dieu". Il y a plusieurs affirmations, soit de Jésus ou à propos Jésus, qui nous sont transmis dans les évangiles, qui démontré sa nature humaine (par exemple: il avait faim - Matt. 4:2, 21:18; il avait soif - Jn. 19:28; il dormait - Mt. 8:24; il était ému de compassion - Mt. 9:36; il disait qu'il ne connaissait pas l'heure de son retour - Mt. 24:36, etc.). Donc, cette affirmation n'est pas extraordinaire. Il me semble qu'il s'explique bien quand on considère les deux premiers points. 

Popular posts from this blog

How Kant’s Synthesis of Empiricism and Rationalism resulted in Agnosticism

Immanuel Kant, presented with the extreme empiricism of Hume and the extreme rationalism of Liebniz, which he discovered through the writings Wolff, sought to take a middle road between these two extreme philosophical positions. I would submit that Kant’s synthesis of these two views leads to an agnosticism about what Kant called “the thing-in-itself”, and ultimately to the philosophical positions known as Atheism, determinism, and nihilism.


Kant’s Sources
First of all, Kant was influenced by Hume’s empiricism and Newton’s physics. He saw that the physical sciences, in contrast to rationalistic metaphysics, were actually making advances. They were making discoveries, and building a system of knowledge that accurately described the world of our sense perceptions. Rationalistic metaphysics, on the other hand, was floundering amidst the combating systems that the philosophers were erecting. It did not provide new knowledge, and only led to unacceptable conclusions, such as the Absolute Mon…

A Short outline of Charles Taylor's: The Malaise of Modernity

CHARLES TAYLOR’S THE MALAISE OF MODERNITY[1]
            This is simply an outline of Taylor’s basic argument in this short work written by Charles Taylor. The idea of this outline is to help the reader understand the book by providing a simple outline of the basic argument that Taylor is presenting here. The book, which is essentially the manuscript is the fruit of a series of presentations that Taylor made at the Massey Conferences which are hosted by Massey College and Radio-Canada, is divided into 10 chapters. In the first chapter Taylor essentially proposes three causes (recognizing that there may be more) of the Malaise of Modernity: (1) Individualism or the Loss of Sense, (2) The Primacy of Instrumental Reason or the Loss of Ends, and (3) The effect on society and politics in general of the loss of sense to an inauthentic individualism and the domination of instrumental reason, or, the loss of true freedom. Taylor considers the first Malaise in chapters 2 to 8, the second in c…

LEISURE: THE BASIS OF CULTURE – A BOOK REVIEW

Leisure: The Basis of Culture & the Philosophical Act. Josef Pieper. Translated by Alexander Dru. 1963. Reprint, Ignatius Press, 2009. 143 pp. $12.99. ISBN 978-1-58617-256-5.
            This book is composed of two articles written by the German philosopher Josef Pieper. Though the two articles are intimately connected, they form two distinct works; as such, this book review will begin by giving a brief introduction to the works in question, followed by and exposition of each of the works individually. The two articles that are included in this book, Leisure: the Basis of Culture and The Philosophical Act, were both published in 1947, and, as such, were written during the cultural crisis in Germany that followed the Second World War. Not only did Pieper have the cultural crisis in mind when he wrote these articles, but he was also writing in light of the works of the most well-known German philosopher of the time – Martin Heidegger. As such, any reader who is familiar with Heidegg…