Skip to main content

Les Témoins de Jéhovah - Partie 1

1.      Histoire
Les Témoins de Jéhovah était fondé par Charles Taze Russell (1852-1916), dans l’année 1872 en Pittsburgh, Philadelphie, quand Russell n’avait que 20 ans.[1] Avant qu’il fonde son organisation il était un propriétaire de plusieurs magasines des rideaux.[2] Un des raisons pour laquelle il s’est séparé des églises protestantes pour commencer son propre église, est qu’il haïssait la doctrine de l’enfer.[3] Quoi que les Témoins de Jéhovah puissent dire, Russell est connu pour être un fraudeur.[4] « Il se déclaré un érudit et autorité de la langue grecque, mais, c’était démontré dans un procès judicaire, qu’il ne connaissait pas même un lettre de l’alphabet de cette langage. »[5] Sander nous explique que, dans le même procès, Russell avait confessé « qu’il ne connaissait pas non plus, le latin, ni l’hébreu. Il n’avait jamais pris un cours en Théologie. Et, alors, c’est cet homme qui déclare qu’il n’y a aucune traduction de la Bible qui est fiable! »[6] De plus, beaucoup de l’argent qu’il ramassé pour ce nouveau secte était la résultât de ses fraudes.[7] Dans son livre Studies in the Scriptures, il disait, « qu’il serait mieux de laissé la Bible fermé et de lire ses commentaires sur la Bible, que de ne pas lire se dernier et de lire la Bible seul. »[8] C’est important, à la lumière d’1 Timothée 3 et Tite 1 de noté qu’il n’était pas qualifier d’être un pasteur parce que sa mariage à finis, pas long temps après qu’il commence son nouveau religion, en divorce.[9]

Ce secte à plusieurs noms, entre autres : Zion’s Watch Tower, Millennial Dawn, The Dawn Bible Students Association, International Bible Students Association, Metropolitan Pulpit, Watchtower Bible and Tract Society, Brooklyn Tabernacle Pulpit, etc.[10] Sander nous fais remarquer que les divers noms des Témoins de Jehovah semblerait être choisi pour décevoir des gens parce que les noms sont semblable à plusieurs ministères, ou églises évangélique.[11]

Après le mort de Russell, son avocat, Frederick Rutherford, à pris le contrôle de la nouveau religion.[12] Rutherford était née en 1869, à pris le contrôle des Témoins de Jéhovah en 1917, et il est mort en 1942.[13] Concernant Rutherford et les Témoins de Jéhovah, Sander cite un article, écrit dans le Saturday Evening Post, le 14 Septembre, 1940, « Ses [Rutherford’s] mots n’ont pas étaient accepté comme la loi et les prophètes. Ils sont acceptés comme bien plus que ca. Les Témoins se fient sur ce que la Bible dit. Mais ils s’appuient sur ‘le juge’ Rutherford de leur dire ce que le Bible veux dire. »[14] C’est Rutherford qui à donner, à ce nouveau groupe religieux, leur nom official – Les Témoins de Jéhovah.[15] Après la mort de Rutherford, Nathan H Knorr qui est devenue le président.[16] « En 1961, sous la direction de Knorr, la société à produit sont propre traduction anglais de la Bible intitulé The New World Translation of Holy Scriptures. »[17] Frederick W. Franz est devenu le nouveau président des Témoins de Jéhovah après la mort de Knorr.[18]

2.      Doctrines distinctive & Différences avec les Protestantes

Dans cette section nous allons regarder quels sont leurs croyances principales,[19] s’ils sont bien fondés, et quels sont les différences entre eux et les Protestantes. Pour chaque doctrine distinctive nous allons aborder ces trois points.

Concernant la Bible

Premièrement, ce qu’ils disent concernant la Bible. Ils disent sur leur site, « La Bible est la Parole, infaillible et inspire, de Dieu, sur laquelle on base tout nos croyances. On doit comprendre certain portions de la bible comme figurative ou symbolique. »[20] Les dénominations Protestantes seraient d’accord avec ce point. Ceci est basé, autant pour les Témoins de Jéhovah, que pour les Protestants et les Catholiques, sur 2 Tim. 3 :16. Il serait trop facile de les accuser d’accepter,[21] comme plus autoritaire que la Bible, les publications qui sont émis par les Témoins de Jéhovah. Le même accusation pourrait être relancer aux Protestantes qui, trop souvent, s’appuie sur un pasteur, prédicateur, ou enseignante réputé pour savoir comment interpréter la Bible, au lieu de prendre le temps d’apprendre comment interpréter la Bible, et de comparé les interprétations pour trouver la vérité.

Concernant Dieu

Deuxièmement, leur doctrine de Dieu, est, en tant que tel, vraiment semblable à celle des protestantes. Ils disent sur leur site officiel que, «Jéhovah est le nom du seul vrai Dieu, le créateur de tout choses. En fonction de ceci, il est digne de notre louange et de notre engagement. Ses qualités important sont l’amour, la justice, la sagesse et la puissance. »[22] Ce déclaration est tellement générale qu’on aurait difficulté de le contredire. On pourrait mentionner à cet point que les Témoins de Jéhovah, mettre beaucoup d’importance sur le fait que le nom propre de Dieu est Jéhovah. Avant Ex. 3.14, Dieu était connu comme « Elohim ». En hébreu, ce mot sous-entend une unité plurielle et veut dire « puissant » ou « fort ». Lorsque Moïse a rencontré Dieu dans Exode 3, pour la première fois de l’histoire, il lui a donné son nom personnel, qui est :אהיה אשר היה Eheyeh asher Eheyeh; en latin, c’est Ego Sum Qui Sum; en grecγώ εμι ν (ego émis ho on); en français, je suis celui qui suis, et en anglais, I Am that I Am.  En français, le nom de Dieu, l’Éternel, est équivalent aux 4 lettres hébraïques : YHWH. Ce nom de Dieu était saint, et les Juifs, à cause d’une mauvaise interprétation d’Exode 20.7 et de Lévitique 24.16, ont cessé de le prononcer. Que faisaient-ils lorsqu’ils lisaient le nom de Dieu? Ils le remplaçaient par le nom Adonaï (gr.). C’est de cette tradition que nous avons le nom Jéhovah. En l’an 1518, William Tyndale a ajouté les lettres d’Adonaï aux 4 lettres hébraïques pour former le nom « YaHoWaH », qui est devenu « Jéhovah ». Ce nom vient d’une mauvaise compréhension de l’hébreu. Pasteur Joël Lapierre, dans un commentaire sur Genèse 1 a dit, « Il semble plus probable qu’en hébreu le nom divin soit Yahweh, en deux syllabes. À cause de notre incertitude, il est préférable de ne pas le prononcer et d’utiliser à la place l’excellente traduction française ‘Éternel.’ Ce nom est utilisé plus de 6498 fois dans l’Ancien Testament. »[23]  En pratique, comment le nom de Dieu est prononcé est tout à fait inconnu, mais le sens du nom est « celui qui est existant par lui-même » ou « celui qui a l’existence de lui-même ». Donc, l’emphase que les Témoins de Jéhovah mettre sur le nom de Jéhovah est basée sur une mauvaise compréhension de l’hébreu.

 Les problèmes n’arrêtent pas là. Les Témoins de Jéhovah, dans leur traduction du Nouveau Testament insère le nom « Jéhovah » à la place de deux mots Grec : kurios (seigneur en francais) et Théos (Dieu en francais). La première instance de cette pratique se trouve en Matthieu 1 :20.[24] Les raisons pour lesquelles ils insèrent le nom Jéhovah à la place des mots kurios et Théos se trouve dans l’appendice 1D de cette édition de leur Bible. Ils disent qu’ils prendre la liberté de faire ce changement quand le verset en question est une citation de l’Ancien Testament, et  que dans l’Ancien Testament le nom Jéhovah est utilisé.[25] Quelques questions pourrait être soulevé à ce point : Si, comme ils affirment, les paroles de Dieu sont inspiré et infaillible, est-ce que Dieu à fait une erreur quand il a inspiré les auteurs du Nouveau Testament pour qu’ils citent des versets de l’Ancien Testament de cette façon? Est-ce que nous avons le droit de changer les mots, ou modifier les textes, parce qu’on croit que les auteurs aurait dû dire des choses d’une autre façon? S’ils ont modifié les textes aussi souvent (237) selon leur propre livre, est-ce qu’ils auraient modifié le texte dans d’autre place, et pour d’autres raisons? Il ne faut pas oublier que lorsqu’il y a une traduction, il y a, forcément, une interprétation. Si on change des mots dans les traductions, mettant à leur place des mots qui ne se trouvent pas dans les manuscrits existant, on torde la Parole de Dieu, et notre traduction n’est plus fiable.

Concernant la Personne de Jésus Christ

Troisièmement, leur conception de Jésus Christ. Ici on tombe sur un point de tension énorme entre les Témoins de Jéhovah, et toutes les dénominations Protestant, ainsi qu’avec l’église Catholique et les églises Orthodoxe Grec. Sur leur site officiel on nous dit ceci : « Jésus est le fils de Dieu. Il est venu sur la terre du ciel et il a donné sa vie humain parfait comme un ‘ransom sacrifice’. Sa mort et sa résurrection à fait en sorte que la vie éternelle était possible pour tout ceux qui mettre leurs foi en lui. Il est en train de régner comme Roi du royaume céleste de Dieu, qui va, bientôt, apporté la paix à tout le terre. Jésus ne s’est jamais déclaré égale avec Dieu et, alors, il ne fait pas partie d’une trinité. »[26] Donc, pour les Témoins de Jéhovah, Jésus n’est pas Dieu. Il est qui et quoi, alors? Les Témoins de Jéhovah affirment que Jésus était un homme parfait,[27] qu’il est le Messie des Juifs,[28] et plus que ca, ils affirment que Jésus est le fils de Dieu.[29] On nous dit sur le même page que Jésus à travaillé avec Dieu pour crée tout l’univers.[30] Dans une autre publication on apprendre que « Jésus était nommé le fils ‘unique’ de Dieu parce que Jéhovah l’a crée directement. (Jean 3 :16) Étant ‘le premier-né de tout la création,’ Jésus était, en suite, utilisé par Dieu pour crée tout autre choses. (Colossiens 1 :15; Apocalypse 3 :14) »[31] Donc, Jésus est, si on comprendre bien ce texte, la seule création directe de Dieu, celui qui était utilisé par Dieu pour crée la reste de la création, le fils de Dieu, le Messie promis des Juifs, et un homme parfait. Mais, on nous enseigne sur un autre aspect de l’identité de Jésus, dans le livre Qu’Enseigne Réellement la Bible? « De la même manière, selon la Bible, Mikaël est un autre nom de Jésus Christ, celui qu’il avait avant sa vie sur la terre et qu’il porte depuis. »[32] Dans la même section, basé sur une interprétation douteux de 1 Thessaloniciens 4 :16, ils dits « Il sous-entend donc que Jésus lui-même est l’archange Mikaël...il est logique d’en déduire que Mikaël n’est nul autre que Jésus Christ dans son rôle céleste. »[33] Le livre Mankind’s Search for God, nous donne une information supplémentaire concernant l’identité de Jésus. On nous dit que « Christ Jésus comme la Parole était crée un esprit et il est venu sur la terre en obéissance èa la volonté de son Père. »[34] Donc, pour les Témoins de Jéhovah, Jésus est, la seule création directe de Dieu (une créature spirituelle), celui qui était utilisé par Dieu pour crée la reste de la création, le fils de Dieu (dans le même sens qu’Adam est un fils de Dieu), le Messie promis des Juifs, un homme parfait, et l’archange Michael. De tout ces points, les seules que les protestantes, Catholiques et églises Orthodoxes, sont d’accord avec sont le fait que Jésus est le Messie, et un homme parfait. Il est le fils de Dieu, mais pas dans le sens donné par les Témoins de Jéhovah. Les Témoins de Jéhovah ni la divinité de Jésus, les protestantes, Catholiques et églises Orthodoxes, affirme que Jésus est Dieu.

Avant d’aborder des preuves pour la divinité de Jésus, j’aimerais faire une petite remarque. Les Témoins de Jéhovah ni que Jésus est Dieu, mais, ils affirment qu’il est une créature spirituelle, un archange, et un humain parfait. Si on les donne le bénéfice de doute, et qu’on assume qu’un archange est une créature spirituelle, alors ils affirment que Jésus est un archange et un humain parfait. Ceci semblerait d’être étrange, peut-être ils voudraient utiliser le même argument que ceux qui croient que Jésus est Dieu utilise? C’est-à-dire, Jésus est une personne avec 2 natures; en tant que telle, il n’y a pas de contradiction philosophique à ce qu’une personne pourrait avoir 2 natures. (Une contradiction se trouve lorsque on affirme X de Y, mais que le concept, ou définition, d’Y exclus le concept, ou définition, d’X.) Il n’y a rien dans le concept d’une personne, qui exclut la possibilité qu’une personne pourrait avoir 2 natures. Donc, quoi qu’on ne puisse jamais prouver à partir de la raison que Jésus est une personne avec 2 natures, ce n’est pas contradictoire de l’affirmer. Donc, la question maintenant est : Est-ce que la Bible dit que Jésus est un personne avec 2 natures (soit : divine et humaine ou angélique et humaine)?

J’aimerais commencer avec un note sur la question de si Jésus était l’archange Michael. Premièrement, il faut noté ce que l’auteur de la livre aux Hébreux dit, «  Ce Fils, qui est le rayonnement de sa [Dieu] gloire et l’expression de son être, soutient toutes choses par sa parole puissante; après avoir accompli la purification des péchés, il s’est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très-hauts, devenu d’autant supérieur aux anges qu’il a hérité d’un nom bien différent du leur. »[35] Comme nous avons vue, les Témoins de Jéhovah prennent 1 Thessaloniciens 4.16 hors de contexte en disant que Jésus-Christ doit attendre le commandement de « la voix d'un archange » pour mettre en action la résurrection et dans Jude 9, l’archange est Michaël. Ils se demandent s’il serait approprié que Jésus doive attendre l’ordre de quelqu’un d’une nature moins puissante que lui? Alors ils trouvent que c’est raisonnable d’affirmer que l’archange Michael est Jésus-Christ.[36] Le problème est qu’ils ne regardent pas tout le texte. Le verset dit, « Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d'un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. »  Norman Geisler a dit que « pour être constant dans leur méthode d’interprétation, ils devraient dire également que Jésus est une trompette, parce que le verset nous dit que Jésus, le Seigneur viendra « avec » l’archange Michaël et « avec » le son de la trompette de Dieu! Si les Témoins du Jéhovah ont raison et que Jésus reviendra « comme » (et non pas « avec ») l’archange, il doit donc venir aussi « comme » (et non pas « avec ») la trompette. »[37] Donc, il semblerait qu’on n’a pas des bonnes raisons pour dire que Jésus est l’archange Michael. S’ils ont tard sur cette question, et l’interprétation de ce verset, est-ce que c’est possible qu’ils aient tard sur l’interprétation d’autres versets?

Jésus n’est pas l’archange Michael comme les Témoins de Jéhovah nous dit, est-ce qu’il est Dieu? On pourrait écrire un livre sur cette question, et, en fait, il y a plusieurs livres qui étaient écrit sur ce sujet. Ici, je vais donner un résumé rapide de plusieurs (et pas tout) raisons à croire que Jésus est Dieu.

Premièrement, Jésus, comme les Témoins de Jéhovah avouent, est le Messie. Mais, dans l’Ancien Testament, les prophéties du Messie nous informent que le Messie va être Dieu lui-même. Noté les versets suivantes :

Ésaïe 7.14 – Elle lui donnera le nom d'Emmanuel (Dieu avec nous) : c’est le nom futur du Messie, une description de son caractère, de son identité. On pourrait demander si ce nom à était donné à quelqu’un d’autre dans la Bible. C’est intéressante que ce nom est utilisé seulement 3 fois dans la Bible : Ésaïe 7 :14; 8 :8; et Mt.1 :23.

Ésaïe 9.5-6 – On l'appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix; ce sont des noms que portera le Messie. Pour qu’il puisse les porter, il faut qu’il soit Dieu. Il y a encore un débat en ce qui concerne le titre « Père éternel », mais il y a une réponse simple. En hébreu, les mots qui sont traduits « Père éternel » dans nos Bibles, veulent dire littéralement « Père d’éternité » (Abi ad). Il n’y a donc pas de problème : ce verset nous montre clairement que le Messie est Dieu lui-même.

Michée 5.1-2 – Et dont l'origine remonte aux temps anciens, aux jours de l'éternité. L’origine du Messie est dans l’éternité.  Le roi qui viendra de Bethlehem trouve ses origines dans l’infinité du temps, il ne peut qu’être Dieu, parce qu’il est décrit comme étant éternel, et seulement Dieu est éternel. «Au sujet de son origine divine, il est dit de lui que son « origine remonte aux temps anciens, aux jours de l’éternité ».  Les termes hébraïques « temps anciens » et « jours de l’éternité » sont les mots Hébreux les plus puissants pour parler de l’éternité passée.  Ils sont utilisés au sujet de Dieu le Père dans Psaume 90 :2.  Ce qui est vrai au sujet de Dieu le Père est aussi déclaré être vrai au sujet de Celui qui naîtra à Bethléem.»[38]

Mal. 3.1 – Voici, j'enverrai mon messager; il préparera le chemin devant moi. Et soudain entrera dans son temple le Seigneur que vous cherchez; et le messager de l'alliance que vous désirez, voici, il vient, dit l'Éternel des armées. Dans ce verset, le Messie est appelé l’Éternel des armées, et nous voyons qu’un messager le précédera.  « L’Éternel des armées » est un nom de Dieu utilisé assez souvent dans l’Ancien Testament.

Ésaïe 40.3 – Une voix crie : Préparez au désert le chemin de l'Éternel, aplanissez dans les lieux arides une route pour notre Dieu. « L’Éternel » et « notre Dieu » sont des références au Messie. Ce passage nous rappelle la prophétie messianique de Daniel 7, où le Messie est appelé, « l’ancien des jours » (v.22), un terme qui est utilisé dans le même passage comme un titre de Dieu (v.9, 13), et qui fait référence au fait qu’il est éternel.

Psaume 72.17 – Dans ce verset, le Messie est présenté comme étant éternel et tout-puissant, des attributs de Dieu. (Voir aussi Psaume 110.) Finalement, noté que dans le Psaume 45.7-8 le Messie, le Roi, est appelé Dieu, et il est associé à un royaume qui dure à toujours.

Donc, l’argument est comme ceci :

a.       Le Messie des Juifs est Dieu.
b.      Jésus est le Messie des Juifs.
c.       Donc, Jésus est Dieu.


[1]Horton Davies, Christian Deviations : Essays in Defence of the Christian Faith (1954; repr., London : SCM Pres, 1957), 63. Walter Martin dit que Russell avait commencé le groupe en 1870, quand Russell avait 18 ans. (Walter R. Martin, The Kingdom of the Cults, 3rd ed. (Minneapolis, Minn.: Bethany Fellowship, Inc., Publishers, 1977), 34.) Cf. Josh McDowell and Don Stewart, Handbook of Today’s Religions (Nashville: Thomas Nelson Publishers, 1983), 44. Cf. Le site official des Témoins de Jéhovah et leur bref explication de leur histoire: http://www.jw-media.org/aboutjw/article41.htm#history

[2]Davies, 63-4. J. Oswald Sander, Heresies : Ancient and Modern (1948; repr., London : Marshall, Morgan & Scott, 1949), 74.

[3]Sander, 74. Martin, 34.

[4]Davies, 64. « Obituary Column, » in The Brooklyn Daily Eagle (Nov. 1, 1916), cité par Walter R. Martin, The Kingdom of the Cults, 3rd ed. (Minneapolis, Minn.: Bethany Fellowship, Inc., Publishers, 1977), 35. Voit aussi: The Brooklyn Daily Eagle (Jan. 1, 1913), 1-2. The Brooklyn Daily Eagle (Jan. 22, 1913), 2. The Brooklyn Daily Eagle (Jan. 23, 1913), 3. The Brooklyn Daily Eagle (Jan. 25, 1913), 16.

[5]Davies, 64. “ He claimed to be a competent Greek scholar, though, as was proved in court, he did not know a letter of the alphabet of that language.” Traduction francais la mienne. Le procès judicaire en question à eu lieu en Hamilton, Ontario. (Sander, 74.) Cf. Martin, 37-40.

[6]Sander, 74.  “He then admitted that he knew neither Latin nor Hebrew. Nor had he taken any course in Theology. And yet this is the man who pronounces all Bible translations unreliable!” Walter Martin nous explique que, durant le process, “The ‘Pastor’ admitted that he knew nothing about Latin and Hebrew, and that he had never taken a course in philosophy or systematic theology much less attended schools of higher learning.” (Martin, 39.) Pourquoi est-ce que c’est important à noté que Russell n’avait jamais pris un cours de philosophie, ou théologie, et qu’il n’a jamais fait aucun étude supérieur? Dans les mots de Martin, « La vérité est que Russell n’avait aucun formation ou éducation qui pouvait justifier son interprétation des écritures. En disant ceci on ne veut pas dire qu’un énorme éducation est un qualification nécessaire pour faire l’exégèse, mais, quand un homme contredits quasiment tout les doctrines majeur de la Bible, il devrait être ne possession de l’éducation requise pour défendre (si possible) ses arguments. » (Martin, 40-1. “The honest fact is that Russell had no training or education to justify his interpretation of Scripture. By this it is not meant that great education is a necessary qualification for exegesis, but when a man contradicts practically every major doctrine of the bible he ought to have the education needed to defend (if that is possible) his arguments.” Traduction francais la mienne.) Sur la pointe d’éducation on devrait noté deux points, parce qu’on nous dit souvent que les auteurs de la Bible n’avait aucun éducation, et donc que ce n’est pas nécessaire d’avoir une éducation pour bien interpréter la Bible. Première point : Le fait qu’il n’avait pas une éducation comme nous autres, dans notre société moderne, ne veut pas dire qu’il n’avait aucune éducation. La plus part des hommes Juifs aurait était éduquer, d’un jeune âge, sur comment interpréter l’Ancien Testament comme il faut. Ce qu’ils étaient obliger de faire, pour devenir un homme, lors du Bar Mitzphah, était de cité une portion de l’Ancien Testament et de donner une bonne interprétation de celle-ci. Donc, on peut assumer, par le fait que tous les disciples de Jésus étaient des hommes, qu’ils savaient comment interpréter l’ancien testament comme il faut, et qu’ils savaient le faire depuis leur jeunesse. D’ailleurs, Paul, qui à écrit un bonne partie du Nouveau Testament, avait était un pharisien, donc, il avait ce qui serait aujourd’hui  l’équivalence d’un PhD. Deuxièmement, il ne faut pas oublier que tous les auteurs de la Bible étaient inspirés de Dieu. Conclusion? Nous, aujourd’hui, ne sommes pas inspiré dans nos interprétations de la Bible, nous ne sommes pas élevé, comme des juifs étaient, pour qu’on soit capable, à 12 ans, de prendre n’importe quel texte de la Bible la cité et l’interpréter comme il faut. Donc, il faut pensée qu’une éducation ou formation minimale est nécessaire pour qu’on soit capable d’interprété la Bible comme il faut. Dans l’ancien église ceci ce faisait par la formation des disciples (i.e. – Paul avec Timothée, Aquila et Priscille avec Apollos). Aujourd’hui, quand on ne fait pas beaucoup de formation des disciples, on peut prendre avantage des séminaires Chrétien.

[7]Davies, 64. Martin, 35-6.

[8]Ibid., “it would be better to leave the Bible unopened and to read his commentary on it, than to omit the latter and read only the Bible.” Traduction francais la mienne.

[9]Davies, 64. Sander, 74-5. « Obituary Column, » in The Brooklyn Daily Eagle (Nov. 1, 1916), cité par Walter R. Martin, The Kingdom of the Cults, 3rd ed. (Minneapolis, Minn.: Bethany Fellowship, Inc., Publishers, 1977), 35.

[10]Cf. Davies, 63. Sander, 73. Martin, 34

[11]Sander, 73. Compare : I. B. S. A avec I. B. R. A (International Bible Reading Association), Brooklyn Tabernacle Pulpit (un vieux nom des Témoins de Jéhovah) avec The Brooklyn Tabernacle (fondé par un grand prédicateur évangélique – T. de Witt Talmadge), et Metropolitan Pulpit avec Metropolitan Tabernacle (fondé par le grand prédicateur Charles Haddon Spurgeon).

[12]Davies, 65. Sander 75. Martin, 41. McDowell, 44.

[13]Davies, 65. Sander 75.

[14]Saturday Evening Post (Sept. 14, 1940), cité dans J. Oswald Sander, Heresies : Ancient and Modern (1948; repr., London : Marshall, Morgan & Scott, 1949), 75.

[15] Davies, 63. Sander, 75. Martin, 34. McDowell, 44.

[16]Martin, 43.

[17]McDowell, 44.

[18]Ibid.

[19]Leur doctrines et croyances peuvent être trouvé dans leur multiples livres, publier en plusieurs langues : All Scripture is Inspired of God and Beneficial (Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 1963). Questions Young People Ask : Answers that Work (Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 1989). What Does the Bible Really Teach? (2005; repr., Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 2006). La version francais du livre précedente: Qu’enseigne Réellement la Bible? (2005; repr., Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 2006). The Greatest Man Who Ever Lived (1991; repr., Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 2006). Knowledge that Leads to Everlasting Life (Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 1995). Is There a Creator who Cares About You? (Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 1998). The Bible: God’s Word or Man’s? (Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 1989). Mankind’s Search for God (Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 1990). Things in Which it is Impossible for God to Lie (Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 1965). Voit aussi les notes et articles écrit dans leur version de la Bible édition d’étude: New World Translation of the Holy Scriptures: with references, 3rd ed. (Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 1984). D’autres livres, publier par les Témoins de Jéhovah, qui peuvent aider, sont: The Kingdom Interlinear Translation of the Greek Scriptures (Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 1969). Benjamin Wilson, The Emphatic Diaglott (Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 1942). Ils ont aussi publié plusieurs petits journaux comme les suivantes: The Watchtower et Awake (en français réveillez-vous). Leurs journaux sont disponibles en ligne : http://www.jw.org/index.html?option=QBJrYBNQF. Une ébauche de leurs doctrines peut être trouvée en ligne : http://www.jw-media.org/aboutjw/beliefs.htm.

[20]http://www.jw-media.org/aboutjw/article31.htm#bible (accéder le 7 Mars, 2012). The Bible is God’s infallible, inspired Word, upon which we base all our beliefs. Some portions of the Bible are to be understood figuratively, or symbolically.” (Traduction francais la mienne.)

[21]McDowell fait ce commentaire, « En générale leur publications ont precedence sur les écritures. » (McDowell, 46.) “For all practical purposes their publications take precedence over the Scriptures.” (Traduction francais la mienne.)

[22]http://www.jw-media.org/aboutjw/article31.htm#bible (accéder le 7 Mars, 2012). Jehovah is the name of the only true God, the Creator of all things. As such, he is worthy of our worship and devotion. His outstanding qualities are love, justice, wisdom, and power.” (Traduction francais la mienne.)

[23]Joël Lapierre, À la découvert de nos origines (prépublication), 38.

[24]New World Translation of the Holy Scriptures: with references, 3rd ed. (Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 1984), 1177. Dans le note de bas de page c’est écrit, « Ceci est la première de 237 places dans les écritures Chrétien Grecque ou ce trouve le nom divin ‘Jéhovah’ inséré dans la texte principale de cet traduction. » La citation originale est, “This is the first of 237 places in the Christian Greek Scriptures where the divine name ‘Jehovah’ occurs in the main text of this translation.” (Traduction francais la mienne.)

[25]New World Translation of the Holy Scriptures: with references, 3rd ed. (Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 1984), 1564-5. Ils dissent qu’ils ont gardé cette principe sans équivoque, sauve à un place, parce qu’ils croyaient que le contexte de 1 Cor. 7 :17 mérité qu’il change le mot kurios pour le nom Jéhovah.

[26]http://www.jw-media.org/aboutjw/article31.htm#bible (accéder le 7 Mars, 2012). “Jesus is the Son of God. He came to earth from heaven and gave his perfect human life as a ransom sacrifice. His death and resurrection made salvation to eternal life possible for those exercising faith in him. He is now ruling as King of God’s heavenly Kingdom, which will soon bring peace to the entire earth. Jesus never claimed equality with God and thus is not part of a Trinity.” (Traduction francais la mienne.)

[27]Things in Which it is Impossible for God to Lie (Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 1965), 232-3.

[28]Is There a Creator who Cares About You? (Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 1998), 145.

[29]Ibid. « En effet, il était plus que juste le Messie. Un disciple qui connaissaient les faits à conclue que ‘Jésus est le Christ, le Fils de Dieu.’ – Jean 20 :31. » (Ma traduction francais.) « In fact, he proved to be more than the Messiah. A disciple acquainted with the facts concluded that ‘Jesus is the Christ the Son of God.’ – John 20 :31. » Voit aussi: Qu’enseigne Réellement la Bible? (2005; repr., Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 2006), 203. (Voit les mêmes pages dans l’édition anglais – 203.)

[30]Ibid.

[31]Knowledge that Leads to Everlasting Life (Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 1995), 39. “Jesus was called God’s ‘only-begotten Son’ because Jehovah created him directly. (John 3:16) As ‘the first-born of all creation,’ Jesus was then used by god to create all other things. (Colossians 1:15; Revelation 3:14)” (Traduction francais la mienne). Voit aussi: Qu’enseigne Réellement la Bible? (2005; repr., Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 2006), 41. (Dans le version anglais, What Does the Bible Really Teach? (2005; repr., Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 2006), 41.)

[32] Qu’enseigne Réellement la Bible? (2005; repr., Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 2006), 218-19. (Voit les meme pages dans l’édition anglais – 218-19.)

[33]Ibid., 219.

[34]Mankind’s Search for God (Brooklyn, NY : Watchtower Bible and Tract Society of New York, 1990), 356. “Christ Jesus as the Word was a spirit creation and came to earth in obedience to his Father’s will.” (Traduction francais la mienne.)

[35]Hébreux 1 :3-4. Dans le premier chapitre de l’épitre aux Hébreux l’auteur nous explique que Jésus est, dès le début, supérieur aux anges. S’il est supérieur aux anges, alors, il n’est pas un ange.

[36]Reasoning From the Scriptures (New York, NY: Watchtower Bible and Tract Society, 1984), 218.

[37]Norman Geisler, Unshakable Foundations (Minneapolis, MN: Bethany House, 2001), 291.


[38]Arnold Fruchtenbaum, Messianic Christology: A Study of Old Testament Prophecy Concerning the First Coming of the Messiah (1998): 64, cite par Barry R. Leventhal, “Why I believe Jesus is the Promised Messiah,” dans Why I Am a Christian: Leading Thinkers Explain Why They Believe, ed. Norman L. Geisler and Paul K. Hoffman (Grand Rapids, MI: Baker Book House, 2005), 208-9.

Popular posts from this blog

How Kant’s Synthesis of Empiricism and Rationalism resulted in Agnosticism

Immanuel Kant, presented with the extreme empiricism of Hume and the extreme rationalism of Liebniz, which he discovered through the writings Wolff, sought to take a middle road between these two extreme philosophical positions. I would submit that Kant’s synthesis of these two views leads to an agnosticism about what Kant called “the thing-in-itself”, and ultimately to the philosophical positions known as Atheism, determinism, and nihilism.


Kant’s Sources
First of all, Kant was influenced by Hume’s empiricism and Newton’s physics. He saw that the physical sciences, in contrast to rationalistic metaphysics, were actually making advances. They were making discoveries, and building a system of knowledge that accurately described the world of our sense perceptions. Rationalistic metaphysics, on the other hand, was floundering amidst the combating systems that the philosophers were erecting. It did not provide new knowledge, and only led to unacceptable conclusions, such as the Absolute Mon…

A Short outline of Charles Taylor's: The Malaise of Modernity

CHARLES TAYLOR’S THE MALAISE OF MODERNITY[1]
            This is simply an outline of Taylor’s basic argument in this short work written by Charles Taylor. The idea of this outline is to help the reader understand the book by providing a simple outline of the basic argument that Taylor is presenting here. The book, which is essentially the manuscript is the fruit of a series of presentations that Taylor made at the Massey Conferences which are hosted by Massey College and Radio-Canada, is divided into 10 chapters. In the first chapter Taylor essentially proposes three causes (recognizing that there may be more) of the Malaise of Modernity: (1) Individualism or the Loss of Sense, (2) The Primacy of Instrumental Reason or the Loss of Ends, and (3) The effect on society and politics in general of the loss of sense to an inauthentic individualism and the domination of instrumental reason, or, the loss of true freedom. Taylor considers the first Malaise in chapters 2 to 8, the second in c…

LEISURE: THE BASIS OF CULTURE – A BOOK REVIEW

Leisure: The Basis of Culture & the Philosophical Act. Josef Pieper. Translated by Alexander Dru. 1963. Reprint, Ignatius Press, 2009. 143 pp. $12.99. ISBN 978-1-58617-256-5.
            This book is composed of two articles written by the German philosopher Josef Pieper. Though the two articles are intimately connected, they form two distinct works; as such, this book review will begin by giving a brief introduction to the works in question, followed by and exposition of each of the works individually. The two articles that are included in this book, Leisure: the Basis of Culture and The Philosophical Act, were both published in 1947, and, as such, were written during the cultural crisis in Germany that followed the Second World War. Not only did Pieper have the cultural crisis in mind when he wrote these articles, but he was also writing in light of the works of the most well-known German philosopher of the time – Martin Heidegger. As such, any reader who is familiar with Heidegg…