Skip to main content

Un Pensée sur la Gouvernance de l’église

Un pensée qui se répandre dans nos église est la notion que c’est les membres de l’église qui ont la responsabilité de choisir qui vont être leurs dirigeants, c’est-a-dire, les anciens. (Je vais utiliser, dans cette réflexion, le mot ancien, qui est le synonyme de pasteur, presbytère, prêtre, etc. C'est le meilleur traduction française pour le mot grec ἐπισχοπῆς (prononcé - épiskopès).) En printemps 2011 j’ai fait une présentation, dans une conférence qui avait comme but de démontrer à partir de la Bible qu'est-ce que l’église. Un des sujets sur lequel j’ai parlé était la gouvernance de l’église. Ce que j'ai découverte était que, dans le Nouveau Testament, la méthode par laquelle un nouvel homme était mis en place comme ancien était par la décision de ceux qui était déjà reconnu comme ancien, et non par le vote de l’assemblée (voit : Actes 14:23, Tit. 1:5).  Tout suite on pourrait entendre des gens qui réponds en disant que Paul suivait cette méthode seulement parce que c’était le début de l’église, et il fallait s’assurer d’avoir des bonnes personnes en place pour les diriger durant les débuts de l’église. Mais, j'aimerais suggérer qu’une telle réponse démontre un manque d’humilité sur notre parte, c’est-à-dire, cette réponse assume que les membres de l’église aujourd’hui ont plus de sagesse, et sont plus capable de choisir des bons dirigeants que les membres de l'église ancienne. On ne peut pas se permettre de pensée comme ceci. L’homme n’a pas changé, son cœur est toujours mauvais. Donc, il va falloir prendre le temps d'examiner ce question comme il faut. Il y a deux points a remarquer avant de défendre ce point.

Premièrement, j’aimerais suggérer que Dieu à mis en place, à travers Paul, le moyen par lequel il allait protéger son église. Ceci est, d'ailleurs, la contexte dans lequel on trouve la liste des qualifications pour être ancien (1 Tim. 3:15). Dieu, à travers Paul, à mis en place des anciens dans tous les églises (voit : Actes 14 :23, Tit. 1 :5), et, par la suite, il a donné, à travers Paul, deux listes de qualifications (voit : 1 Tim. 3 :1-7, Tit. 1 :5-9) par lesquelles les anciens déjà en place pourraient être en moyen de choisir ceux qui allait les remplacer. De plus, Jésus nous a ordonné (Matt. 28 :19-20) de faire des disciples, le moyen par lequel des jeunes hommes, qui vont, un jour, devenir des anciens, sont formés pour qu’ils soient qualifié pour en devenir.

Deuxièmement, j'aimerais suggérer que les qualifications pour devenir ancien sont assez exigeantes. C'est-à-dire, ce n'est pas n'importe quel homme qui peut se qualifier pour être ancien. Notez la liste en 1 Timothée: « Cette parole est certaine: Si quelqu'un aspire à la charge d'évêque, il désire une œuvre excellente. Il faut donc que l'évêque soit irréprochable, mari d'une seul femme, sobre, modéré, réglé dans sa conduite, hospitalier, propre à l'enseignement. Il faut qu'il ne soit ni adonné au vin, ni violent, mais indulgent, pacifique, désintéressé. Il faut qu'il dirige bien sa propre maison, et qu'il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté; car si quelqu'un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l'Église de Dieu? Il ne faut pas qu'il soit un nouveau converti, de peur qu'enflé d'orgueil il ne tombe sous le jugement du diable. Il faut aussi qu'il reçoive un bon témoignage de ceux du dehors, afin de ne pas tomber dans l'opprobre et dans les pièges du diable. (1 Tim. 3 :1-7) » En Tite la liste est semblable, mais, avec quelques précisions: "s'il s'y trouve quelque homme irréprochable, mari d'une seule femme, ayant des enfants fidèles, qui ne soient ni accusés de débauche ni indisciplinés. Il faut en effet que l'évêque soit irréprochable, comme intendant de Dieu, qu'il ne soit ni arrogant, ni coléreux, ni adonné au vin, ni violent, ni âpre au gain; mai qu'il soit hospitalier, ami du bien, sensé, juste, consacré, maître de lui, attaché à la parole authentique telle qu'elle a été enseignée, afin d'être capable d'exhorter selon la saine doctrine de de convaincre les contradicteurs. (Tite 1:6-9)" Cette liste de qualifications devrait nous aider à comprendre pourquoi c'est les anciens qui devrait nommé les anciens. 

J’aimerais suggérer que ce moyen pour nommer des anciens n’est pas juste biblique, mais que c’est aussi très sage. Si je peux illustrer avec un exemple. Si tu deviens malade, est-ce que tu t’en vas voir le garagiste? Il est bon pour réparer des voitures, pourquoi pas des humains? Non, tu t’en vas voir un médecin, quelqu’un qui est qualifié pour te guérir. Mais comment est-ce que tu sais que le médecine est qualifier pour te guérir? Il a reçu ses diplômes qui sont la preuve qu'il est qualifier pour t'aider. Qui décide qu'il devrait recevoir un diplôme? Ses professeurs qui ayant transmis les connaissances nécessaire pour guérir des humaines ont vue que le médecine à bien compris les connaissances en question, et sais comment les appliquer comme il faut. On demanderais pas à la garagistes, ou le vendeur chez Walmart de juger des compétences du médecine, ils ne sont pas compétente pour savoir ce que ca prendre pour être médecine. Qui est qualifier pour dire qu'un garagiste est un bon ou un mauvais garagiste? Le médecine? Non, un autre garagiste! J’aimerais suggérer qu’on peut appliquer ce même principe au choix d’un ancien. Qui est mieux placé pour choisir celui qui va devenir un dirigeant spirituel? Quelqu’un qui ne se qualifie pas pour être ancien (selon la liste en 1 Tim. 3 :1-7) ou quelqu’un qui est ancien parce qu’il est qualifié pour être ancien? J’aimerais suggérer que la réponse est, basé sur le principe qu'on voit ci-haut, qu’on doit faire confiance à celui qui est qualifié, et non, à celui qui n’est pas qualifié. Donc, on dirait, le principe qu’on voit en Actes 14 :23 et Tite 1 :5 semblerait être non-seulement le moyen que Paul a utilisé; On dirait que c’est le moyen le plus sage.

Est-ce que ça veut dire que les membres de l’église ne sont pas du tout impliqués dans le processus? Pas nécessairement. Le Nouveau Testament nous encourage à veiller les uns sur les autres (Héb. 10 :24), et, elle nous rappelle que les anciens ne sont pas au-dessus des reproches. (Paul explique à Timothée la bonne façon d’amener un reproche contre un ancien en 1 Tim. 5 : 19-22.) De plus, il n’y a pas de limite qui est donné dans la Bible sur combien d’Anciens une église peut avoir. L’important, c’est qu’un ancien est qualifié (selon les listes en 1 Tim. 3:1-8 et Tit. 1:5-9) et que chacun serve selon ses dons. Alors, les anciens sont redevables premièrement à Dieu (1 Pie. 5 :1-4 ), deuxièmement, l’un à l’autre (Actes 20 :28), et troisièmement, à l’assemblée (1 Tim.5 :19-22).

Alors, ceux qui vont diriger l’église devrait être mis en place par ceux qui dirige déjà, parce qu’ils sont des hommes sages, qui sont irréprochable, fidèle, sobre, modéré, réglé dans leur conduite, hospitalier, propre à l'enseignement, ni adonné au vin, ni violent, mais indulgent, pacifique, désintéressé, et, entre autres, qu'ils reçoivent un bon témoignage de ceux du dehors.

Pour plus de réflexions à cette sujet regardez le lien suivante: Une Pensée sur la Gouvernance de L'église - Réponse au Questions

Popular posts from this blog

How Kant’s Synthesis of Empiricism and Rationalism resulted in Agnosticism

Immanuel Kant, presented with the extreme empiricism of Hume and the extreme rationalism of Liebniz, which he discovered through the writings Wolff, sought to take a middle road between these two extreme philosophical positions. I would submit that Kant’s synthesis of these two views leads to an agnosticism about what Kant called “the thing-in-itself”, and ultimately to the philosophical positions known as Atheism, determinism, and nihilism.


Kant’s Sources
First of all, Kant was influenced by Hume’s empiricism and Newton’s physics. He saw that the physical sciences, in contrast to rationalistic metaphysics, were actually making advances. They were making discoveries, and building a system of knowledge that accurately described the world of our sense perceptions. Rationalistic metaphysics, on the other hand, was floundering amidst the combating systems that the philosophers were erecting. It did not provide new knowledge, and only led to unacceptable conclusions, such as the Absolute Mon…

LEISURE: THE BASIS OF CULTURE – A BOOK REVIEW

Leisure: The Basis of Culture & the Philosophical Act. Josef Pieper. Translated by Alexander Dru. 1963. Reprint, Ignatius Press, 2009. 143 pp. $12.99. ISBN 978-1-58617-256-5.
            This book is composed of two articles written by the German philosopher Josef Pieper. Though the two articles are intimately connected, they form two distinct works; as such, this book review will begin by giving a brief introduction to the works in question, followed by and exposition of each of the works individually. The two articles that are included in this book, Leisure: the Basis of Culture and The Philosophical Act, were both published in 1947, and, as such, were written during the cultural crisis in Germany that followed the Second World War. Not only did Pieper have the cultural crisis in mind when he wrote these articles, but he was also writing in light of the works of the most well-known German philosopher of the time – Martin Heidegger. As such, any reader who is familiar with Heidegg…

IDENTITY AND DIFFERENCE by Martin Heidegger

I don’t propose to attempt any sort of reply to Martin Heidegger in this article. The purpose of this article is to explain Martin Heidegger’s thoughts, as they are found in the book, Identity and Difference. Martin Heidegger is a difficult thinker to understand, and requires a lot of work to fully appreciate his arguments. My primary goal in this article is to introduce the reader to two very important articles written by Heidegger, and, I hope, to properly explain Heidegger’s views on Being and beings.
            This book is composed of two articles written by Martin Heidegger and translated with an introduction by Joan Stambaugh. The first article, The Principle of Identity, is “the unchanged text of a lecture given on the occasion of the 500th anniversary of the University of Freiburg im Breisgau, for the faculty day on June 27, 1957.”[1] The second article The Onto-theo-logical Constitution of Metaphysics, is “the explication that concluded a seminar during the wint…